^

Monde

Une nouvelle autopsie de George Floyd contredit celle des autorités qui disculpait la police

A la suite d’une première autopsie insistant sur son « état de santé » pour expliquer la mort de George Floyd, la famille a fait réaliser une contre-autopsie. Celle-ci vient, sans surprise, de confirmer la mort par asphyxie contre la version des autorités, sur fond de nouvelles nuits de révoltes et appel à la répression.

lundi 1er juin

Crédit photo : AP

Samedi dernier, le Daily Mail révélait que les premières conclusions du rapport d’autopsie conduit par l’expert mandaté par le procureur du Comté de Hennepin (Minnesota) nuançaient de façon importante la responsabilité policière. Dans le dossier judiciaire de plainte contre Derek Chauvin, on pouvait ainsi trouver des éléments du rapport qui laissaient entendre qu’il n’y a « pas de preuves physiques qui permettrait d’établir un diagnostic d’asphyxie traumatique ou d’étranglement » et que « M. Floyd avait des antécédents de santé, incluant une maladie à l’artère coronaire et des problèmes cardiaques d’hypertension ». Des observations qui permettaient de conclure que « les effets combinés de M. Floyd, maintenu par la police, ses conditions de santé sous-jacentes et de potentielles stupéfiants dans son organisme ont probablement contribué à sa mort. »

Face à ces conclusions honteuses, la famille avait demandé au docteur Baden, un médecin légiste célèbre - connu pour avoir expertisé le corps de Eric Gardner, mort étranglé par un policier en 2014, et de Michael Brown, abattu par la police -, de réaliser une nouvelle autopsie. Les conclusions de celles-ci ont été révélées il y a quelques heures dans la presse américaine. Sans surprise elles concluent à la responsabilité policière dans la mort de George Floyd.

Ce lundi, l’avocat de la famille, Benjamin Crump a ainsi annoncé que les conclusions de l’autopsie permettaient d’affirmer que la cause de la mort de George Floyd était « l’asphyxie provoquée par la pression maintenue. » Cités par USA Today, Michael Baden et Allecia Wilson, les médecins qui ont réalisé l’autopsie, expliquent avoir observé « une compression au niveau du cou et du dos, qui a conduit à un manque d’afflux sanguin au niveau du cerveau ». « Le poids exercé sur son dos, les menottes et la position ont contribué [à l’asphyxie] car ils empêchaient le diaphragme de M. Floyd de fonctionner » ont-ils noté, ajoutant qu’il « n’y a pas d’autre problème de santé qui ait pu causer ou contribuer à la mort [de G. Floyd]. Les policiers ont la fausse impression que si vous pouvez parler c’est que vous pouvez respirer. C’est faux. »

De quoi répondre directement à l’autopsie réalisée par l’expert mandaté par le procureur du Comté de Hennepin qui tendait à disculper la police, en ne faisant de son action violente qu’un facteur parmi d’autres dans l’enchaînement des causes qui ont contribué à la mort de George Floyd. Une révélation qui surprendra peu tous ceux qui, partout aux Etats-Unis et dans le monde, se sont indignés et soulevés suite à la mort de Floyd, mais qui rappelle comment la manipulation de l’expertise médicale est un enjeu central pour assurer l’impunité des policiers, comme c’est actuellement toujours le cas dans l’affaire Adama Traoré.

En réaction à la dernière expertise médicale qui disculpe la police dans la mort d’Adama Traoré et pour réaffirmer l’urgence de la lutte contre les violences policières, un rassemblement aura lieu à Paris demain à 19h, devant le Tribunal de Paris, Porte de Clichy.




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    Racisme   /    Etats-Unis   /    Monde