^

Du Pain et des Roses

Sérieux, un faux bicky ?

Une pub pour un burger incite aux violences faites aux femmes

Ce mardi 8 octobre, le Jury de l’Éthique Publicitaire a reçu plus de 500 plaintes sur les réseaux sociaux contre une publicité de la marque Bicky Burger en Belgique. Pour cause, on voit un homme frapper une femme parce qu’elle n’est pas revenue avec le « bon » burger…

jeudi 10 octobre

Cette chaîne de fast-food hollandaise très connue en Belgique n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il y a quelques mois l’entreprise avait déjà fait polémique à cause d’une pub montrant une femme ayant visiblement fait de la chirurgie esthétique avec la légende : « Elle à déjà fait de nombreux mauvais choix, mais pas pour de la viande ». La même chaîne avait également été épinglée en rabaissant certaines stars au rang d’objets, remplaçant, leurs fesses par des pains à burger. De nombreuses personnes ont réagis sur les réseaux sociaux pour dénoncer cette dernière publicité en date aux propos sexistes et misogynes, qui fait l’apologie des violences de genre, en interpellent le JEP pour faire retirer cette pub.

Malheureusement ce n’est pas la première marque à instrumentaliser le corps de femmes et alimenter les violences (physiques ou esthétiques) qui leur sont faites pour engranger des bénéfices. Il y a quelques mois la marque Le Temps des Cerises, avait sorti une affiche publicitaire montrant des fesses d’une femme avec le slogan « Liberté, Égalité, Beau Fessier » ce qui avait aussi fait éclater la colère de plusieurs femmes quant à ces propos ultra-sexistes et misogynes.

Avec ces propos, la marque banalise et normalise les violences faites aux femmes, en induisant que dans certaines situations il est normal de taper une femme. Même si l’entreprise veut faire passer ces propos pour du second degré, ce sujet n’est pas à prendre à la légère et est très sérieux. Depuis le début de l’année, il y a eu déjà 114 féminicides, dont les dernières victimes à ce jour sont Fadela, 21 ans, poussée par la fenêtre du 12ᵉ étage par son ex-compagnon, qui avait été déjà condamné pour violence contre la jeune femme, et une femme de 53 ans qui a été tuée par son mari par une balle en plein cœur.

A quelques semaines du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, cette publicité vient nous rappeler l’urgente nécessité de s’organiser pour combattre toutes les formes de violences de genre, qu’elles soient physiques, sexuelles, esthétiques… Le cynisme sans limite des grandes marques qui instrumentalisent et objectifient les femmes est également l’illustration criante que le capitalisme et le patriarcat doivent être combattus de front.




Mots-clés

Violences physiques   /    Publicité   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Du Pain et des Roses