^

Notre classe

#Nosviespasleursprofits

Une salariée de l’alimentaire : "Si je suis testée positive, le seul fautif c’est vous cher président"

« A vous lecteur.ice, je suis épuisée de ce système, épuisée de ces conditions de travail qui nous exploitent en faveur du capital. » Le témoignage poignant d’une étudiante salariée d’un magasin de grande distribution alimentaire qui raconte ses conditions de travail et d’études durant la crise du coronavirus.

mercredi 25 mars

Crédits photo : DR

L’arrivée du virus a encore frappé les plus précaires d’entre nous tout en creusant une fois de plus les inégalités de classes. À la suite de l’allocution du jeudi 12 mars concernant le covid-19 et d’un flot massif de notre clientèle, une augmentation de temps de travail m’a été assignée. L’idée de la refuser ne m’a pas traversé l’esprit. En revanche, je tanguais entre solidarité envers mon équipe et incompréhension face à la notion de confinement.

Monsieur le président, nous vous avons écouté attentivement a chacune de vos interventions. La priorité est de « protéger » la population en réduisant la propagation du virus. Pour ces raisons, vous et vos homologues avez appliqué des mesures drastiques, qui ne seront pas les derrières nous nous en doutons, sur nos modes de vie. Cela dit, n’avez vous pas l’impression d’avoir fait l’impasse sur une grande partie d’entre nous ? Nous comprenons que certains secteurs professionnels doivent poursuivre leurs activités sans pouvoir bénéficier du télétravail. En revanche, nous constatons à nouveau que vous n’avez aucune considération ni pour notre santé ni pour le travail effectué durant cette pandémie. Comment expliquez vous que nous ne sommes pas munis d’un kit de dépistage ? Comment expliquez vous que les seuls moyens pour nous protéger ne sont autres que ces masques périmés datant de la grippe H1N1, (que nous gardons toute la journée) ? Comment expliquez vous cette pénurie de protections élémentaires dans une telle situation ? Comment expliquez-vous que nous n’ayons pas les barrières de sécurité suffisantes avec notre clientèle ? Comment expliquez vous, que nous ayons compris le confinement uniquement lors de la fermeture du magasin car les denrées alimentaires manquaient, causée par la crainte d’une pénurie ?

Et surtout, comment expliquez vous les réductions catastrophiques des budgets dans les secteurs publics, notamment dans le secteur de la santé ? Vous rendez vous compte des conditions de travail des hospitalier.e.s qui sont dans l’obligation de trier les patient.e.s., ces mêmes patient.e.s qui seront peut être celles et ceux qui ont été contraint.e.s de continuer leurs activités professionnelles ?

Je viens de finir ma semaine plus tôt, car je me trouve dans l’incapacité à me déplacer a mon travail. Je vois un changement au niveau de mon état de santé. Fiévreuse, affaiblie, courbaturée, légers maux de tête, anxieuse. Devrais-je m’en inquiéter ? Si je suis testée positive, le seul fautif c’est vous cher président. Vous auriez du prendre des mesures nécessaires à la suite de l’alerte mondiale datant du 30 janvier par l’OMS concernant l’épidémie.

N’oubliez pas, en parallèle je dois continuer mes enseignements pédagogiques sans internet à l’approche de mes partiels. En effet la précarité ne cesse de tuer et vous activez les leviers




Mots-clés

Covid-19   /    confinement   /    #NosViesPasLeursProfits - Témoignage   /    Coronavirus   /    Témoignage   /    Inégalités   /    #NosViesValentPlusQueLeursProfits   /    Précarité   /    Notre classe