^

Jeunesse

Mouvement étudiant

Université Paul Valéry : 200 personnes en AG et un cortège étudiant le 5

Ce mercredi 4 décembre à l'Université Paul Valéry de Montpellier, environ 200 étudiants se sont réunis en Assemblée générale et ont voté leur participation à la manifestation du 5 décembre en cortège étudiant.

mercredi 4 décembre

Ce mercredi 4 décembre, environ 200 étudiants se sont réunis en Assemblée générale à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Au programme : le projet Nexus, un projet de dématérialisation des cours qui risque de coûter de nombreux postes de professeurs et une dégradation de l’enseignement ; la question de la précarité étudiante ; et bien sûr, la mobilisation contre la réforme des retraites et la manifestation du 5 décembre.

Les étudiants ont, à une écrasante majorité, voté en faveur d’un cortège étudiant dans la manifestation du 5 décembre, pour laquelle le rendez-vous de départ est à 10h30 au Peyrou. Ils ont également approuvé la tenue d’une Assemblée générale de la jeunesse après la fin de la manifestation, Place de l’Europe, notamment comme un lieu de rencontre pour les lycéens et pour les étudiants.

Les lycées montpelliérains sont en effet sur le pied de guerre cette semaine : après le blocage du Lycée Pierre Mendès France ce lundi, le blocage de Jules Ferry ce mercredi, on attend d’autres blocages le 5 et le 6 décembre.

L’Assemblée générale a adopté une suite de revendications concernant la précarité étudiante et la réforme des retraites : la retraite pour tous et toutes à 60 ans, 55 ans pour les métiers pénibles ; une réduction du temps de travail hebdomadaire pour tous et toutes, avec maintien des salaires – cela permettrait de mettre fin au chômage de masse ; l’augmentation des salaires, à commencer par le SMIC à 1800 euros ; l’égalité de salaire immédiate entre hommes et femmes ; en précisant que toutes ces mesures devraient être financées grâce aux cotisations patronales et à un impôt sur les grandes fortunes ; mais aussi une revalorisation et une extension des bourses étudiantes et la gratuité des transports en commun pour les étudiants.

Enfin, la question du blocage de l’université a été soulevée, mais de nombreux étudiants et militants ont souligné le caractère prématuré de ce genre de tactique, alors que la mobilisation étudiante à Montpellier reste à construire et que les cours du jeudi 5 décembre seront banalisés et les partiels décalés. Si l’on peut en effet se réjouir de la tenue de cette Assemblée générale, c’est davantage que 200 étudiants qui seront nécessaire pour construire un mouvement étudiant massif, qui se joigne à la grève, aux travailleurs et aux Gilets jaunes.




Mots-clés

mouvement étudiant   /    mouvement ouvrier   /    Montpellier   /    Jeunesse