^

Jeunesse

Étudiants et personnels en lutte

Université Toulouse le Mirail : Grâce à la mobilisation, cours annulés, partiels reportés !

Réunis à 800 en assemblée générale ce lundi 16 décembre, les étudiants et membres du personnel du Mirail ont voté la reconduction de la grève et ont imposé à la présidence de l’université l’annulation des cours de la semaine et le report des partiels pour permettre à tout le monde de se mobiliser.

mardi 17 décembre 2019

Cette semaine de mobilisation est décisive pour la mobilisation étudiante, puisqu’il s’agit des derniers jours de cours, avec des nombreux examens prévus dans plusieurs universités, avant les vacances de Noël. Mais au Mirail comme dans plusieurs autres facs (à Rennes, Bordeaux, Lille, Lyon, Paris…) la mobilisation étudiante et le rapport de forces imposé par la grève dans tout le pays ont permis de reporter les partiels et d’annuler les cours.

L’assemblée générale de ce lundi a réuni plus de 800 personnes au Mirail. De nombreuses interventions sont revenues sur les annonces d’Édouard Philippe, la position de faiblesse du gouvernement et la nécessité d’amplifier le rapport de forces en libérant les étudiants et les travailleurs de l’université des contraintes administratives et pédagogiques.

C’est afin de pouvoir frapper tous ensemble en cette semaine décisive, à commencer par ce mardi 17 décembre, que les étudiants et personnels réunis en AG ont adopté une motion exigeant la banalisation des cours, le report des partiels et le non-recensement des travailleurs en grève. Une motion que des centaines d’étudiants et personnels sont allés porter après l’assemblée devant la présidence. Un deuxième vote avait acté que si Emmanuelle Garnier, présidente de l’université, n’accédait pas à cette requête, le campus serait bloqué jusqu’à vendredi.

Devant la mobilisation, la présidente de l’université s’est retrouvée obligée d’accepter la banalisation des cours et le report des examens, et a envoyé un communiqué en ce sens à l’ensemble de la communauté universitaire dans les heures qui ont suivi. Plus d’une centaine d’étudiants ont ensuite tourné dans les bâtiments du campus pour débrayer les cours et prévenir les étudiants et les enseignants de cette victoire, et annoncer la manifestation de ce mardi.

Une autre discussion ouverte en assemblée générale portait sur la nécessité pour les étudiants de se lier aux secteurs du monde du travail en lutte, notamment les grévistes en reconductible, à commencer par les enseignants et les cheminots. Car pour une majorité d’étudiants, il est désormais évident que le combat n’est pas limité au retrait total de la réforme des retraites. C’est un combat plus global qui se joue, contre la précarité, contre Macron et son monde, pour un avenir digne. C’est dans cette logique que, depuis la semaine dernière, les étudiants mobilisés du Mirail ont été à l’initiative d’une commission convergence cherchant à se lier aux autres secteurs en lutte.

En lien avec les étudiants de Sciences Po Toulouse, plus de 350 euros ont été récoltés pour la caisse de grève de l’Education nationale. Grâce au temps désormais libéré pour se mobiliser au Mirail, des étudiants participant à cette commission convergence se sont rendu mardi matin à une action de blocage de la Cité administrative appelée par les travailleurs mobilisés. Ce mardi également, pour la deuxième fois en une semaine, le Grand amphi du Mirail a accueilli l’assemblée générale inter-degrés de l’Education nationale qui réunit des centaines de grévistes. Une mise à la disposition des locaux de la fac aux secteurs en lutte votée lors d’une précédente assemblée générale. Une convergence concrète qui s’exprime également au travers de pôles éducation dans chaque manifestation, réunissant étudiants, lycéens, et travailleurs de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

Une chose est sûre, de nombreux étudiants sont aujourd’hui déterminés à peser dans le rapport de forces face à Macron et son monde, en dépit des vacances !




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Réforme des retraites   /    Mirail   /    Grève   /    Toulouse   /    Université   /    Jeunesse