^

Politique

Répression

"Uppercut dans le nez", insultes : témoignage d’une interpellation après une manifestation contre la réforme des retraites

Pascal nous raconte son interpellation qui a eu lieu le 11 janvier. Après 52 heures de garde à vue et un passage en comparution immédiate, il sera remis en liberté sous contrôle judiciaire – les os du nez en moins.

samedi 29 février

Crédits photo : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Le 11 janvier 2020, un cortège de cheminot.e.s, retraité.e.s et professeur.e.s du second degré se constitue au départ de la gare d’Austerlitz, où la manifestation bat son plein. Bonne ambiance, chants, banderoles, drapeaux syndicaux, quelques torches pour l’effet visuel. Le groupe d’une centaine de personnes dont je fais partie arrive à proximité de gare de Lyon. Notre objectif est de rejoindre ensemble le rassemblement intersyndical à Nation, pour la première mobilisation nationale depuis la trêve de Noël.
Les policiers en ont décidé autrement. Au croisement avec la rue de Bercy, un cordon d’unité en tenue de maintien de l’ordre, boucliers déployés, mais sans casques, nous barre la route.

RP : Les tensions commencent à ce moment-là ?

Oui, il n’est jamais agréable d’être traité comme une menace, alors qu’aucun d’entre nous ne se dissimulait le visage, que les slogans étaient joyeux, que nous ne dérangions pas beaucoup la circulation vu notre nombre. Pour preuve : je manifestais à vélo. En pédalant, je contourne le cordon qui nous entrave, et me retrouve au milieu de la voie, au même titre qu’une dizaine de policiers, certains en uniformes, et d’autres en civil, visiblement d’une autre unité. Plus menaçants encore, puisqu’ils portent leur cache-cou à hauteur du nez, et que plusieurs tiennent leur matraque télescopique déployée, ainsi qu’un LBD dégainé. J’apprendrai par la suite, dans la procédure, que ceux-ci appartiennent au Groupement d’intervention et de protection (GIP), de la Préfecture de police.

RP : Pourquoi décident-ils de t’interpeller ?

Je dirais que les forces de l’ordre ont un problème avec l’obéissance. Ils n’aiment pas qu’on réagisse lentement à leurs ordres. Du coup, assis sur mon vélo, j’empêchais les véhicules de passer, au même titre que les policiers. Un premier me demande de me décaler, relativement courtoisement. Je descends de la selle. Mais le second s’est montré plus véhément. Il m’a carrément poussé en arrière sur l’autre voie, en m’insultant. J’ai trébuché avec mon vélo, alors qu’un bus arrivait en sens opposé. Sous le coup de la colère, je lui rétorque de faire attention. Puis je tente de rejoindre le cortège toujours bloqué. C’est là que débute l’interpellation, pendant laquelle ils exercent sur moi un plaquage ventral.

RP : La même pratique qui a tué Adama Traoré le 16 juillet 2016 ?

Oui, je suis bloqué au sol, un genou sur mon dos. Sur les quatre policiers qui m’interpellent, l’un m’étrangle avec son avant-bras. Je finis serflexé. J’admets tout à fait qu’à ce moment, je ne fais pas le fier. Pour tout dire, j’ai même peur. Je rappelle que quelques jours plus tôt, Cédric Chauziat avait perdu la vie de la même manière, en plein Paris. J’y pense clairement à ce moment, et mes proches dans le cortège, qui assistent à la scène, le disent sans détours aux autres policiers. Alors que je suis relevé et conduit fermement vers leur véhicule, celui qui m’étranglait auparavant me menace ouvertement de violences physiques, dans des termes crûs.

RP : L’interpellation débouchera sur une garde à vue ?

Et quelle garde à vue ! J’ai passé en tout 52 heures privé de liberté, du samedi au lundi, et je dois dire que, blessé ou pas, ça n’a pas fait grande différence pour les forces de l’ordre. Je suis placé en cellule vers 14 h, mais hormis les quelques essuyages du sang qui avait coulé abondamment au moment du coup, je n’ai pas été soigné avant 23 heures et quelques, lors de mon passage à l’Hôtel-Dieu pour les constats médicaux aux unités médico-judicaires.

RP : Tous les agents de police avec qui t’es rentré en contact ont fait preuve de violence tant physique que verbale ?

Franchement, non, ce serait mentir. Mais il faut toujours garder à l’esprit que la répression est un mécanisme institutionnel, qui met en branle plusieurs administrations, avec leurs logiques hiérarchiques, qu’il est important de les critiquer et de les combattre en tant que tels, jusqu’au politique, évidemment.

RP : Tu as enfin choisi de porter plainte à l’IGPN ?

Dès le lendemain, oui. J’ai un peu hésité : on connaît bien la réactivité légendaire de cette institution, qui enterre la plupart des dossiers. Par ailleurs, on peut questionner son indépendance toute relative par rapport à la police elle-même, puisqu’elle dépend du ministère de l’Intérieur, et que ses membres sont d’anciens policiers de terrain, avec les liens de fidélité que ça suppose. Ce qui m’a finalement décidé, c’est le contexte. Si pendant de longues années, les violences policières se sont exercées à l’abri des regards médiatiques, dans les banlieues, avec des logiques endocoloniales, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Tout le monde en parle, Castaner lui-même a dû se justifier publiquement récemment. Il me semble donc important de faire remonter toutes les cas de violences policières, par tous les moyens, dont l’IGPN. Mais c’est encore mieux sur Révolution permanente !




Mots-clés

Répression policière   /    Réforme des retraites   /    Témoignage   /    Répression   /    Politique