^

Jeunesse

Macron lâche les chiens

VIDEO. Chien, lacrymos : la police réprime à nouveau des jeunes rassemblés à Versailles

Vendredi soir, la police est violemment intervenue à Versailles pour réprimer une soirée qui a réuni de nombreux jeunes dans le centre de la ville. Les policiers ont été jusqu’à lâcher un chien sur les jeunes présents.

samedi 26 juin

Photo : compte Twitter de Yazid Bouziar

Voilà à quoi ressemblent les « jours heureux » promis par Macron à la jeunesse en particulier. Après avoir violemment réprimé une rave party à Redon et lors de la fête de la musique, le gouvernement continue de réprimer la jeunesse dans cette période de déconfinement et avec l’été qui commence.

Un nouvel épisode de répression de la jeunesse a ainsi eu lieu hier à Versailles où une soirée « Projet X » avait rassemblé environ 200 jeunes dans le centre de la ville. Une soirée organisée notamment par des lycéens pour célébrer la fin de l’année scolaire.

Très rapidement, la police a réprimé les jeunes avec des gaz lacrymogènes. Les policiers armés et accompagnés de chiens s’en sont ainsi pris aux jeunes. Dans une vidéo diffusée sur Twitter, on peut voir un policier s’attaquer avec son chien à des jeunes rassemblés sur la place du marché Notre-Dame de Versailles :

Ce nouvel épisode de répression en direction de la jeunesse montre encore une fois l’unique chose que réserve Macron et son gouvernement aux jeunes. Loin de la propagande gouvernementale sur les « jours heureux » qui se fait en direction de la jeunesse, notamment à travers des vidéos avec des youtubeurs, et avec laquelle Macron tente de redorer son image chez les jeunes. A juste titre, Macron craint que la colère s’exprime chez les jeunes qui ont subi de plein fouet les conséquences de la crise économique ainsi que la crise sanitaire que le gouvernement a géré de manière catastrophique, en particulier dans les universités.

La stratégie gouvernementale est donc claire pour les jeunes : propagande sur les « jours heureux » d’un côté, et coups de matraques de l’autre.




Mots-clés

violence d’état   /    Police   /    Jeunesse   /    Violences policières   /    Jeunesse