^

Politique

Gilets Jaunes : La répression continue

VIDEO. Quand la BAC interpelle Eric Drouet au salon de l’agriculture

Venu au salon de l'agriculture samedi pour interpeler Emmanuel Macron, Eric Drouet a été placé en garde à vue. Une nouvelle fois, le gouvernement fait le choix de l'usage de la force et de l'intimidation envers l'une des figures du mouvement des Gilets Jaunes.

lundi 24 février

Emmanuel Macron était présent ce samedi au Parc des Expositions de la porte de Versailles pour l’ouverture du salon de l’agriculture. Présents également, plusieurs Gilets Jaunes venus interpeller le président et crier leur colère, plus de quinze mois après le début du mouvement. Parmi eux, l’une des principales figures, Eric Drouet.

Et alors que la Macronie comptait sur cette opération "Salon de l’agriculture" pour tenter de re construire si cela est encore possible une posture présidentielle, ça n’a encore une fois pas été de tout repos : des Gilets jaunes l’y attendaient. Et c’est encore la manière forte qui a été employée contre les Gilets jaunes qui auront osé s’y rendre en même temps que le président. Ces derniers ont en effet été interdits de manifester leur mécontentement et exfiltrés à l’extérieur du salon, le plus loin possible d’un président en pleine inauguration du côté de la filière céréalière. Pire, Eric Drouet a même ensuite été interpellé puis placé en garde à vue pour rébellion, nouvelle illustration de la réponse d’un gouvernement sourd à toute expression de la colère.

La Macronie poursuit donc dans sa volonté de réprimer toute contestation sociale, comme en ont sévèrement fait l’expérience les Gilets Jaunes depuis novembre 2018. En effet, ce sont en réalité des dizaines de blessés et de mutilés au cours des manifestations et des centaines d’interpellations et de condamnations depuis le début du mouvement. Plusieurs figures du mouvement, à l’image d’Eric Drouet, ont également fait l’objet de tentatives d’intimidation à plusieurs reprises par le biais notamment d’interpellations et de gardes à vue.

Une volonté claire de briser toute contestation de la politique ultralibérale portée par la Macronie depuis son arrivée au pouvoir, et ce alors que le gouvernement est en profonde difficulté pour imposer sa contre-réforme y compris sur le terrain parlementaire comme en témoigne la volonté maintenant assumée d’imposer sa réforme à coup de 49.3. Des mesures anti-démocratiques qui ne sont que le pendant de la répression terrible et violente qui s’est abattue sur les Gilets jaunes, contre les grévistes de la RATP et de la SNCF, les enseignants, mais aussi contre les quartiers populaires.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Agriculteurs   /    Répression   /    Politique