^

Politique

Le malheur des uns...

Valls humilié aux législatives : une défaite pour lui, un plaisir pour nous

Dans une situation marquée par la crise, certaines nouvelles redonnent le sourire. Ce dimanche, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour des élections législatives dans la 5ème circonscription des français de l'étranger. Une défaite en forme d'humiliation pour l'un des politiques les plus détestables du pays.

lundi 6 juin

Crédits Photo : AFP

Cette année, Manuel Valls était investi par Renaissance (ex-LREM) dans la 5ème circonscription des Français de l’étranger. Après les résultats du premier tour ce dimanche 5 juin, c’est une véritable humiliation pour l’ancien Premier ministre qui arrive troisième avec 15% des voix, derrière une candidature LREM dissidente. Alors que la quasi-totalité des candidats investis par la macronie sont arrivés en tête dans les 11 circonscriptions de l’étranger, Manuel Valls est le seul à être éliminé dès le premier tour.

Suite à ce nouvel échec, l’ancien Premier ministre a bien été obligé de reconnaître sa débâcle sur Twitter. Mais face aux nombreuses réactions se réjouissant de cette humiliation, ce dernier a supprimé son compte Twitter dans la foulée, rendant encore plus risible ce nouvel échec… Celui-ci vient en effet s’ajouter à une longue liste de défaites récentes pour le roi des opportunistes.

Figure du PS, connu notamment comme maire d’Evry, et pour sa fameuse sortie raciste consistant à demander à ses collaborateurs de mettre « quelques blancs, quelques white, quelques blancos » sur un marché lors d’un reportage, Valls avait été en 2011 candidat malheureux à la primaire socialiste. Nommé par la suite Premier ministre, il a joué un rôle fondamental dans l’offensive autoritaire et anti-ouvrière qu’a été le quinquennat Hollande.

Ce représentant de l’aile droite du PS aura été au cœur de l’offensive autoritaire et islamophobe suite aux attentats de novembre 2015, incarnée notamment par la proposition raciste de « déchéance de nationalité », mais aussi la figure de toute la politique antisociale du gouvernement Hollande incarnée par la Loi travail. On se souviendra à cette occasion de l’énorme répression policière qui s’est abattue contre les manifestants et grévistes opposés à la réforme, mais aussi du passage en force de la loi par l’utilisation du 49.3.

Depuis, Manuel Valls est surtout connu pour être un des plus grands opportunistes de la vie politique française. Après avoir trahi le PS (malgré son engagement à soutenir le candidat issu de la Primaire) lors des présidentielles de 2017 en se rangeant derrière Macron, il avait fini par se prendre un râteau par ce dernier aux législatives. Dans la foulée, il avait été exclu du Parti socialiste, concrétisant une double humiliation. En 2018, il avait fait un virage carriériste en se présentant à la mairie de Barcelone pour tenter de fuir l’échec politique subit en France. Mais il est rapidement devenu le candidat le plus détesté de ces élections. Une débâcle qui lui avait même valu une chanson satirique intitulée « Moi..Manuel Valls » réalisant un énorme buzz sur les réseaux sociaux.

Malgré une réputation politique ruinée Valls avait fait son retour politique en France ces dernières années en surenchérissant sur l’offensive islamophobe menée par le gouvernement Macron au nom d’une défense de la « laïcité » qui cache mal un racisme crasse. Après de nombreuses apparitions sur les plateaux télé ces derniers temps, notamment en tant que chroniqueur sur RMC et BFM TV, et la publication d’un livre, son retour sur la scène politique française se solde finalement par une nouvelle humiliation.

Dans une période sombre, celle-ci apportera un peu de réjouissance à toutes celles et ceux qui ont subi sa politique réactionnaire et anti-sociale.



Mots-clés

Élections    /    LREM   /    Législatives   /    Manuel Valls   /    Politique