^

Notre classe

Communiqué de la CGT Chimie

Vers une grève reconductible dans les raffineries ? La CGT chimie appelle au 5 décembre

Dans un communiqué et une circulaire, la Fédération Nationale des Industries Chimiques (FNIC) de la CGT a appelé à la grève « à partir du 5 décembre » et explique que « les syndicats de la branche Pétrole envisagent la possibilité d’une grève reconductible à partir du 5 décembre. »

mercredi 23 octobre

C’est par le biais d’un communiqué et d’une circulaire, publiée ce 17 octobre et disponible à la fin de cet article, que la FNIC-CGT a appelé l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur de la chimie à la grève « à partir du 5 décembre ». Un appel qui rejette la participation au négociation et à une lutte interprofessionnelle.

Alors que, jusqu’ici, l’appel à la grève du 5 décembre regroupait avant tout des travailleurs du public, et après l’appel de l’UD CGT 13 et de l’UD CGT 76, le fait qu’un syndicat national d’une branche de secteur privé est, en soi, une bonne nouvelle.

Par ailleurs, dans la circulaire, la CGT affiche la volonté de ne pas se cantonner à des revendications sectorielles, mais de poser la perspective de la lutte plus largement, dans le cadre d’une bataille plus large de l’ensemble des secteurs attaqués par le gouvernement. De fait, cette perspective d’un tous ensemble et d’un « décembre noir » terrifie Macron et son gouvernement, ouvrant la perspective à une victoire sur le terrain de la réforme des retraites qui pourrait permettre de stopper le gouvernement.

Une perspective que la FNIC-CGT a également revendiquée dans un communiqué publié hier sur les réseaux sociaux où elle explique : "Salariés, retraités, jeunes, Gilets jaunes, c’est tous ensemble que nous pouvons imposer notre projet de société."

Enfin, la circulaire souligne également la nécessité d’en finir avec les illusions du dialogue social : "La FNIC-CGT considère au contraire que l’heure n’est plus au dialogue social, mais à la confrontation. Apeuré par notre possible réaction, Macron veut repousser la mise en place de la réforme après les municipales : non ! Il doit dire maintenant qu’il abandonne cette nouvelle régression !"

Toutefois, une telle perspective de tous ensemble et de lutte jusqu’au bout pour le retrait sans négociations de la réforme des retraites ne peut passer que par l’implication de toutes et tous, syndiqués et non syndiqués, dans le processus de décision de la lutte. En effet, si le gouvernement tremble à l’idée d’un « décembre noir », Macron et ses ministres sont déterminés à chercher la bonne formule pour imposer la réforme. Tentatives de division par des négociations par tranche, activation potentielle d’une « clause grand père » pour assurer aux travailleurs actuels qu’ils ne seront pas impactés... Les possibilités de manœuvres sont nombreuses.

Dans ce cadre, il est plus que jamais nécessaire de préparer le 5 décembre, par le biais d’assemblées générales décisionnelles, outil indispensable à l’émergence de coordination nationale et d’assemblée générale inter-professionnelle, pour réaliser « dans les faits » le tous ensemble et permettant l’élaboration d’une plateforme revendicative commune.

Circulaire de la FNIC-CGT du 17 octobre : 5 décembre, la grève à l’ordre du jour




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Réforme des retraites   /    Retraités   /    Grèves raffineries    /    CGT   /    Notre classe