^

Notre classe

L'« enseignant du XXIe siècle » ?

Vidéo. Décrytptage : Le discours du gouvernement sur le nouveau métier d’enseignant

Le 12 décembre dernier à Nancy, Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer ont présenté devant une centaine de professeurs triés sur le volet leurs projets pour l'éducation nationale. Les Stylos Rouges 93 décryptent en vidéo comment le gouvernement entend profiter de la réforme des retraites pour mettre davantage sous pression des enseignants déjà au bord de l'implosion.

mercredi 25 décembre 2019

À l’image d’un Emmanuel Macron version grand débat, le Premier ministre et le ministre de l’Education nationale sont allés au plus près des enseignants pour tenter de les rassurer alors que le climat dans l’éducation nationale depuis les réformes Blanquer est particulièrement pesant. Objectif raté.

Car il faut bien dire que les deux ministres – dont le premier s’est éclipsé avant même la fin de l’échange avec la salle – n’ont pas réussi à convaincre les enseignants présents dans la salle et encore moins ceux qui sont massivement mobilisés depuis le 5 décembre dernier contre une réforme qui les toucherait de plein fouet. Une nouvelle fois, promesse a été faite : malgré un nouveau mode de calcul sur l’ensemble de la carrière particulièrement désavantageux, les pensions ne baisseraient pas. Comment ? Avec des revalorisations promises à partir de 2021 – mais toujours aussi floues – et ce alors que la Macronie ne s’est jamais souciée de ces salaires aussi bas dans l’éducation nationale.

Pire, il est clairement apparu dans le discours de M. Blanquer que les fameuses primes promises seront bel et bien liées à de nouvelles missions que devront remplir les enseignants. C’est donc bien à une augmentation du temps de travail que ces derniers doivent s’attendre, ainsi qu’à une plus grande « flexibilité ». Cela a déjà commencé avec les cinq journées de formation obligatoires placées sur les vacances qui ont été adoptées par décret. Mais face à l’inquiétude légitime des professeurs présents dans la salle, aucune réponse n’a été donnée à la question du lien entre cette augmentation de la rémunération promise et la progression du temps de travail. Bizarre ! Ce serait donc ça l’« enseignant du XXIe siècle » vendu par le gouvernement ?

Et une enseignante nancéienne présente de dénoncer : « Au lycée, notre avis n’a pas été pris en compte pour la réforme. Comment voulez-vous que nous vous croyions quand vous dites que vous allez prendre en compte notre avis ? Vous ne nous écoutez pas parce que vous pensez qu’on a des choses intéressantes à vous dire. Vous nous écoutez parce que nous sommes dans la rue et que vous avez peur. »




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Education nationale    /    Stylos rouges   /    Réforme des retraites   /    Jean-Michel Blanquer   /    93   /    Education   /    Notre classe