^

Culture et Sport

"La beauté sera convulsive..."

Vidéo. "GJ & Révolution" : notre université d’été, vue sous l’œil de l’artiste Les yeux Qui piquent

"La beauté sera convulsive ou ne sera pas", disait André Breton repris sur les murs de mai 68. Les yeux qui piquent nous offre son regard d'artiste sur notre université d'été. Paroles de participants, musique et gilets jaunes...

dimanche 21 juillet

Avec Emi et Jean-Baptiste, militante et militant gilets jaunes.

.
Paroles de participants et ambiances sonores...

« Dans les manifestations, ce que j’ai ressenti et c’est cela qui était étonnant, ce mouvement petit à petit dans les mots d’ordre qu’il y avait alors au début c’était "Macron démission", et plus ça allait plus "Anticapitaliste" comme mot d’ordre est venu dans les manifestations des gilets jaunes et était repris, mais vraiment de plus en plus, par tout le monde, et cela a fait des chants incroyables. »

« C’était pas un mouvement dans son essence anticapitaliste, mais il l’est devenu très clairement... Depuis le début, les gens se sont politisés sur le tas, la plupart par eux-mêmes, pas forcément par l’action de militantes et militants en leur sein. »

« Gilets jaunes quel est votre métier ? Aouh… »

« Je pense qu’au mois de décembre on aurait pu faire tomber ce gouvernement. Oui je pense que cette bourgeoisie, ce système, ce pantin qu’est Macron, qui est mis en place par le FMI... a eu très peur... oui oui ils ont eu très peur ! Maintenant est-ce que l’on est passé à côté ? Moi je pense que ce n’est pas fini. »

« La révolution... tout ne se fait pas en un jour ! Du coup c’est plus une des étapes qui nous y mènera, peut-être qu’on peut voir ça aussi avec toutes les batailles qui sont menées et gagnées, que cela soit les grévistes d’ONET qui ont remporté leur mise, que ce soit les cheminots... bon eux qui ont malheureusement eu plus de mal pour s’en sortir de leur côté...

« Macron démission ! »

« Mettre Macron dehors, c’est une chose... faut faire quelque chose après ! Il y a une ambition révolutionnaire dedans, mais ça participe juste à un mouvement plus grand et plus global aussi, parce que là c’est surtout très limité à la France, mais ça participe à l’élan révolutionnaire globalement. »

« Une révolution est d’autant plus attisée par la répression. En fait la violence que subissent les gilets jaunes, et pas celle qu’ils infligent comme on nous les a fait passer... cela ne fait qu’augmenter la colère qui était déjà là de base, et ça ne fera que rejaillir d’autant plus fort l’irruption sociale quand ça se répétera encore une fois. Je ne vois pas l’avenir mais je pense que oui, ça ne fait qu’attiser plus encore... »

« Siamo tutti antifascisti ! »