^

Du Pain et des Roses

25 novembre

Vidéo. Sexisme à l’école, islamophobie... Femmes de l’Education Nationale contre les violences patriarcales

Sexisme à l'école, injonctions vestimentaires, islamophobie gouvernementale, instrumentalisation de la laïcité... à l'Education Nationale, les raisons de se mobiliser contre les violences faites aux femmes sont nombreuses. Une vidéo du collectif Du Pain et des Roses.

mardi 24 novembre 2020

La rentrée scolaire a été marquée par le hashtag #lundi14septembre contre les règlements sexistes imposés aux jeunes filles et pour réclamer le droit de s’habiller comme elles le souhaitent. Le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a répondu qu’il suffit de « s’habiller normalement » tout en précisant qu’il lutte contre « celles qui veulent venir voilées à l’école » et celles qui « veulent venir avec des tenues provocantes ». Tantôt trop couvertes, tantôt pas assez, les femmes ne sont pas libres de s’habiller comme elles veulent, dans la vie comme à l’école. Pire, les propos du ministre de l’Education Nationale montrent le rôle que joue aujourd’hui l’institution scolaire dans le maintien des oppressions patriarcales.

Parallèlement, le gouvernement a lancé une offensive islamophobe portée notamment par Gérard Darmanin et Marlène Schiappa. ce gouvernement réactionnaire instrumentalise la laïcité et les droits des femmes pour justifier ses politiques réactionnaires. Agitant le foulard de l’islam comme signe extérieur de radicalisation, tout en sanctifiant l’école républicaine, il encourage les violences islamophobes envers les femmes.

En France, les femmes représentent presque 70% des personnels de l’éducation nationale. Parmi elles se trouvent les profs mais aussi de nombreuses travailleuses précaires comme les accompagnantes d’élèves en situation de handicap, les agents d’entretien, les surveillantes. Comme d’autres secteurs les plus féminisés du monde du travail, elles se trouvent en première ligne pour affronter la crise sanitaire car pour le Medef, nous devons garder les enfants des travailleurs qui doivent faire vivre les profits des patrons. Cela dans des conditions indignes.

C’est pourquoi face à la gestion catastrophique du gouvernement, les profs se sont mobilisés massivement pour obtenir des protocoles sanitaires à la hauteur dans nos écoles qui protègent les personnels, les enfants et les familles travailleuses. Dans l’immédiat, nous devons lutter chaque jour pour que l’éducation soit à la portée de toutes et tous. Nous exigeons comme dans tous les services publics, des moyens matériels, des embauches massives et une augmentation des salaires. Mais aussi, Nous défendons le droit des femmes à se vêtir comme elles le souhaitent, à disposer de leur corps, et nous revendiquons une éducation aux questions de genre et de sexualité. Nous combattons par ailleurs l’ensemble des lois liberticides et réactionnaires, qui ne font que renforcer les violences faites aux femmes.

Pour la réalisation d’une école réellement émancipatrice, la lutte féministe est fondamentale pour combattre toutes les oppressions. C’est en effet de ces oppressions que se nourrit le capitalisme pour exploiter les travailleuses et travailleurs. Dans l’Education Nationale comme dans de nombreux secteurs, la classe travailleuse a aujourd’hui le visage des femmes. C’est dans la lutte contre ce système d’exploitation d’une classe sur une autre que nous pouvons envisager l’émancipation de toutes et tous.




Mots-clés

Education nationale    /    Féminicide   /    Jean-Michel Blanquer   /    Féminisme    /    Du Pain et des Roses   /    Violences faites aux femmes   /    Education   /    Du Pain et des Roses