^

Notre classe

FO porte plainte

Violence patronale : un syndicaliste se suicide en Meurthe-et-Moselle

Alors que les médias inondent les ondes de bashing sur les « violences » des grévistes, l'actualité remet les violences patronales au centre : un syndicaliste d'un Leclerc s'est suicidé en Meurthe-et-Moselle. Selon FO, qui va porter plainte, c'est la direction qui est responsable de ce drame.

mardi 21 janvier

Crédit photo : Force Ouvrière

Ce 20 janvier, le syndicat FGTA-FO a annoncé qu’une plainte aller être déposée contre la direction de l’hypermarché Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, suite au suicide d’un syndicaliste sur son lieux de travail, le 11 janvier dernier. Maxime Chery, 34 ans, avait écrit une lettre, retrouvé sur lui, ou il « qualifie (son supérieur) de ’bourreau’, dit qu’il n’en peut plus, que plutôt que de tuer quelqu’un, il préfère mettre fin à sa vie » selon Frédéric Nicolas, secrétaire général de l’union départementale de FO en Meurthe-et-Moselle, dans des propos relayés par l’AFP.

Plus encore, François Pérain, procureur, a déclaré, selon des propos relayé par France TV Info, qu’ « au regard des résultats de [la] première phase d’investigations, une enquête pourra être ouverte pour harcèlement moral et homicide involontaire ». Une déclaration lourde de sens, qui témoigne de la violence morale réelle exercée sur les salariés.

Cette affaire éclate alors que, dans les médias, l’émoi est quasi-permanent sur les prétendues violences des grévistes, en particulier autour des deux actions dans les locaux de la CFDT, condamnées par un ensemble d’éditorialistes, politiciens et représentant de confédérations syndicales. Des prises de positions desquelles un ensemble de grévistes et de section syndicale à la base se sont démarquées, eux qui vivent la violence patronale au quotidien.




Mots-clés

Violence   /    mouvement ouvrier   /    FO   /    Patrons-voyous   /    Syndicat   /    Notre classe