^

Politique

« Violences et discriminations » : 5 plaintes contre X visent des policiers de Pierrefitte-sur-Seine

Alors que la police municipale de Pierrefitte-sur-Seine a déjà fait l’objet de plusieurs polémiques ces derniers mois, 5 plaintes contre X pour « violences et discriminations » ont été déposées par des habitants de la commune.

vendredi 29 janvier

Crédit photo : AFP

Les plaintes reviennent sur des faits qui remontent a 2019 pour certains mais aussi la plainte de Yanis, 22 ans, qui aurait été frappé et insulté par un agent de police jeudi 21 janvier 2021. Il est alors en voiture et tente de s’engager dans une rue ou une voiture de police est stationnée avec les clignotants, ne sachant pas que la rue était bloquée. Un fonctionnaire l’interpelle alors violement et lui aurait porté un coup au visage et l’aurait insulté notamment de « trisomique ». A la suite de cette altercation il a un jour d’arrêt de travail et décide de porter plainte au commissariat de Stains pour « violences commises par personne dépositaire de l’autorité publique ».

Le commissariat de Pierrefitte-sur-Seine est déjà connu pour des fait de violences notamment en décembre 2020 ou un policier avait lâcher son chien sur un jeune ou alors en novembre 2020 quand l’élu LFI Yohan Sales avait révélé des symboles d’extrême droite portés par des policiers de la ville.

Pour l’affaire des symboles d’extrême droite, la municipalité a porté plainte pour diffamation selon Actu Seine-Saint-Denis, car elle juge ces accusations « hasardeuses ». Quant à la vidéo montrant le chien policier sauter sur un jeune homme, la municipalité juge que « la doctrine d’emploi est respectée ».

Même si Actu Seine-Saint-Denis indique que « les écussons ont été retirés », l’affaire de la semaine dernière montre encore l’impunité policière qui perdure. L’avocat des 5 plaignants, Me Xavier Sauvignet interrogé par France 3 Paris Ile de France constate qu’« il y a une relation police-population complètement dégradée à cause de policiers qui visiblement sont peu soucieux des règles de droit et de la déontologie ». Il annonce qu’il veut saisir la défenseure des droits.

D’après France bleu l’agent impliqué dans l’altercation de jeudi dernier est convoqué par la Direction Générale des services de la mairie. Pour le maire Michel Fourcade, PS-EELV, il ne s’agit pas d’un mauvais fonctionnement général au sein de la police municipale mais d’une « brebis galeuse (…) qui s’est mal comporté ».

Un discours visant, une fois encore, a protégé l’institution policière et son caractère de bras armé de l’État pour faire régner l’ordre. La multiplication des affaires visant la police municipale de Pierrefitte-sur-Seine, tout comme les nombreuses affaires de même ordre visant des brigades entières, sans parler des scènes de violences policières quotidienne dans les quartiers populaires et récurentes en manifestations, démontre ce caractère structurel des violences et discriminations policières, au-delà de la psychologie individuelle des « brebis galeuses ». A ce titre, le combat contre les violences policières est plus que jamais d’actualité !




Mots-clés

Violences policières   /    Politique