^

Politique

La police tue !

Violences policières à Tourcoing : un homme tué par balle pendant un contrôle

Lundi soir, un homme s’est fait tuer par la police à la suite d’un contrôle, près de Tourcoing. Un rappel de plus que la police tue.

mardi 30 août

Crédits photo : Denis CHARLET / AFP

D’après l’AFP, dans la nuit du 29 au 30 août, un homme a été abattu par la police lors d’un contrôle. Ce nouveau cas de violences policières s’est passé près de Tourcoing à Neuville-en-Ferrain, dans la région Nord, après un contrôle de la BAC aux alentours de 3 heures du matin sur deux passagers d’une voiture. D’après la version policière, ce serait suite à un « refus d’obtempérer » que l’un des policiers a tiré sur le conducteur, l’atteignant directement au thorax.

Malgré l’intervention des secours, le conducteur de 23 ans touché par balle a fini par mourir, tué par les tirs policiers, tandis que le passager a été mis en garde-à-vue. Le policier ayant tiré aurait lui aussi été placé en garde-à-vue et une enquête judiciaire a été confiée à l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN). Cependant, une fois de plus, cette institution devrait jouer son rôle de blanchiment systématique des policiers mis en cause dans les affaires de violences policières, comme le démontrait un dossier de Mediapart en 2020.

Ce drame vient s’ajouter à une longue liste de morts similaires ces derniers mois. A Vénissieux comme à Paris le même scénario meurtrier se répète, des policiers n’hésitant pas à abattre des hommes, souvent de quartiers populaires, dans le cadre de contrôles.

La multiplication de ce type d’affaires rappelle que non seulement la police tue, mais qu’elle semble le faire de plus en plus, encouragée par le soutien indéfectible dont elle bénéficie de la part d’un gouvernement qui assure le renforcement permanent de son impunité. Alors que Macron entend doubler la présence policière sur le terrain en 10 ans, il y a urgence à ce que le mouvement ouvrier et la gauche s’opposent à cette dynamique répressive, revendiquent la vérité pour l’ensemble des victimes, mais aussi la dissolution des corps spéciaux au coeur de ces affaires, à commencer par la BAC.



Mots-clés

Répression policière   /    Police   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique