^

Politique

Violences policières

Violences policières contre Rayan : la Police Nationale justifie le tabassage dans une vidéo

Mardi 26 janvier dernier, nous découvrions une vidéo du média Loopsider, qui montrait la violente interpellation subie par Rayan, un jeune lycéen de 16 ans, arrêté le 20 novembre dernier à Saint-Étienne. Suite à la propagation virale de cette nouvelle affaire de violences policières, la Police Nationale a répondu avec une vidéo, dans laquelle son porte-parole essaie honteusement de justifier les violences subies par le jeune homme.

mercredi 27 janvier

Crédits : Loopsider

Cette vidéo nous montre une scène auquel nous sommes malheureusement de plus en plus habitués. Un jeune lycéen, qui a eu le malheur de s’enfuir face à deux policiers est plaqué au sol, face contre terre, écrasé par le poids des deux agents de la police nationale qui le frappent violemment au visage en l’insultant alors qu’il crie de douleur. La scène est filmée par son petit frère de 12 ans qui hurle au policier d’arrêter de tabasser son grand frère à grands coups de poing. Les cris de l’enfant et le téléphone qu’il braque sur les deux forcenés vont attirer un de leurs collègues qui, à la vue de la caméra, va mettre fin à la scène et embarquer Rayan. Ce dernier va passer 24 heures en garde à vue et en ressortir avec de nombreuses blessures au visage et une plainte des deux policiers à son encontre pour outrage et rebellion.

Face à la violence qu’à subi leur fils, qui a depuis perdu le sommeil et qui n’est plus capable de se rendre au lycée sans qu’ils l’accompagnent, les parents de Ryan ont décidé de porter plainte contre X. Pendant sa garde à vue, face à l’officier de police judiciaire qui lui demande pourquoi il a eu peur et s’est enfui à la vue des deux agents, Rayan répondra très justement « J’ai eu peur, et finalement j’ai eu raison d’avoir peur, ils m’ont tapé quand même ».

Face à ces terribles images et au touchant témoignage de Ryan et de sa famille, la Police Nationale a décidé de publier une vidéo de « décryptage » de l’affaire sur Twitter commentée par Michel Lavaud, son porte-parole. Dans cette vidéo d’une scandaleuse, le ministère de l’intérieur essaie de justifier la violence de cette interpellation par des tentatives de Rayan de s’emparer de la bombe lacrymogène de l’un des agents alors même que la vidéo montre bien le non-sens de cette accusation. Les images terrifiantes des multiples coups de poing assenés au visage du jeune homme déjà maîtrisé par les deux policiers, sont éhontément contestées par le porte-parole qui réfute toute forme de violences et décrit l’usage de « gestes professionnels ». Cette tentative inédite de s’adresser à l’opinion publique et de justifier des violences policières, traduit aussi le sentiment d’impunité policière qui pousse la Police Nationale à mentir ouvertement sur des évènements filmés et partagés publiquement, avant même qu’une enquête soit ouverte.

Plus que jamais, il est nécessaire de lutter contre cette répression et de demander justice et vérité pour toutes ces victimes.

Pour Rayan comme pour les nombreuses autres victimes de violences policières, les conséquences sont lourdes. Rayan, après avoir récupéré de ses blessures, souffre désormais de séquelles psychologiques et est poursuivie en justice par des policiers assermentés pour « outrage et rébellion ». Et la tentative de la Police Nationale de justifier les crimes commis par leurs agents, est non seulement ignoble pour la victime, mais réaffirme le caractère systémique de la violence de l’institution policière.




Mots-clés

Lycéens   /    impunité policière   /    Violences policières   /    Politique