^

Politique

Flics hors de nos quartiers !

Violences policières à Villeneuve-Saint-Georges : la police tire trois fois à bout portant sur un homme

John Ross, un jeune étudiant et travailleur de 25 ans, s'est fait tirer dessus par la police alors que selon sa famille, il venait d’appeler les pompiers pour qu’ils lui viennent en aide. Ayant reçu trois balles dans le corps, il est actuellement dans le coma. Une nouvelle scène terrible qui s’inscrit dans la longue et sanglante série de violences commises par la police dans les quartiers populaires.

mercredi 30 mars

Les faits se sont déroulés à Villeneuve-Saint-Georges (94). John Ross avait appelé les pompiers pour qu’ils lui viennent en aide quelque temps avant l’arrivée de la police. En effet, armé d’un couteau, il voulait selon sa famille « se faire du mal » et non s’attaquer aux riverains, comme explique la police. A l’arrivée de la police, ceux-ci l’entourent, et alors qu’il effectue un mouvement brusque et tentant de s’échapper, il se fait violemment tirer dessus par un des trois policiers, trois balles dans le torse à bout portant et s’écroule. La scène, filmée par un habitant du quartier promenant sa fille, est par la suite postée sur les réseaux sociaux par la famille, accompagnée d’un message expliquant la situation de John :

La vidéo, témoignant d’une rare violence, n’a aucunement été relayée par les médias et n’a pu sortir que partiellement de son anonymat par son partage par Assa Traoré.

Cette scène fait bien sûr écho dans nos têtes à la mort ce samedi d’un père de famille de 32 ans à Sevran, abattu d’une balle dans la tête par un policier après un contrôle de la BAC. Au delà de cet autre drame arrivé récemment, cette situation s’inscrit parfaitement dans la réalité des violences policières, quotidienne dans les quartiers populaires, et du racisme d’État qui se traduit aussi dans les nombreuses offensives sécuritaires et islamophobes du Gouvernements ces 5 dernières années.

Pour son potentiel futur mandat, Macron prévoit de créer un nouveau corps de police réservé aux quartiers populaires, la « Force d’Action Républicaine », promettant un nouveau quinquennat de répression pour les quartiers. Face à cela, la nécessité de l’organisation et de la mobilisation dans la rue de la jeunesse, des travailleur.euses et des classes populaires lors de ces 5 prochaines années apparaît clairement.



Mots-clés

Police   /    Violences physiques   /    Quartiers populaires   /    Violences policières   /    Politique