^

Jeunesse

De nombreux cas révélés par Médiapart

Viols, harcèlement, attouchements : l’ampleur des violences sexuelles à l’Université

De nombreux cas de harcèlement moral et sexuel, d’attouchements et de viols dans l’enseignement supérieur ont été révélés par Mediapart. Les deux derniers en date concernent la suspension récente de deux enseignants de l’Université Paris 1 accusés de viol.

mardi 21 mai

Deux enseignants de Paris 1 suspendus pour viol

Dans une série de trois articles publiés récemment, Mediapart livre une enquête approfondie sur le harcèlement et les violences sexistes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Au cœur de ce travail d’investigation, faisant l’objet d’un article à part entière, l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Un maître de conférence en géographie (Yann Le Drezen) et un enseignant au travail reconnu en archéologie (Guillaume Gernez) font tous deux l’objet de plaintes pour viols et harcèlement. Dans les deux cas, des faits de harcèlement avaient été dénoncés depuis plusieurs années déjà, et les sanctions administratives appliquées en première instance ont été jugées particulièrement faibles : des rappels à l’ordre informels, des suspensions partielles avec maintien du salaire, l’abaissement d’un échelon…

« Quelques mois après la rentrée de M1, il m’a posé des questions déplacées sur ma sexualité. Il m’a dit qu’il avait fait des recherches sur moi, pour savoir si j’étais en couple, m’a parlé de trucs hyper intimes… J’ai dû lui dire de se calmer » livre par exemple un ancien étudiant de Yann Le Drezen. Un autre étudiant, qui fait partie des 23 personnes entendues dans le cadre de cette affaire, explique : « C’est un enseignant qui brise les codes hiérarchiques. Dans un premier temps, il paraît sympathique, même s’il a tout de suite un côté un peu gênant. Quand il s’est mis à m’appeler “mon petit loup”, à me questionner sur mon orientation sexuelle, je me suis rendu compte peu à peu que ce n’était pas normal. »

Les journalistes de Mediapart mettent en avant le fait que des disciplines telles que la géographie et l’archéologie sont particulièrement propices à des faits de harcèlement, puisqu’elles impliquent des recherches de terrains, avec des déplacements et une promiscuité qui dure souvent plusieurs semaines.

Pour sa part, la direction de l’université a finalement décidé de faire recours au CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche), mise dans l’embarras par le fait que de nombreuses alertes ont été ignorées par le passé, et qu’un certain nombre d’étudiants et d’anciens étudiants n’aient pas été entendus.

Le sexisme ne s’arrête pas aux portes de l’université

Mais ce qui est surtout mis en lumière dans cette enquête, c’est que ces deux affaires sont loin d’être des exceptions. Un autre article revient sur plus d’une demi-douzaine de cas de violences sexistes et sexuelles à l’université survenus au cours de ces dernières années, et sur le traitement de ces affaires au sein des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche : à l’Inria (Institut national de recherche dédié aux sciences du numérique), au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), à Paris I, à l’Ined (Institut national d’études démographiques), à Sorbonne-Université, à Paris VIII…

Ce qui transparaît, c’est qu’aucun établissement n’est épargné par la violence de genre, et que le sexisme est loin de s’arrêter aux portes de l’Université. Dans un contexte post-#MeToo, il devient seulement plus visible. Dans l’imaginaire, le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche – et en particulier les universités publiques – est perçu comme particulièrement progressiste, conscient des problématiques de genre et de sexisme, et imperméables à ces mécanismes de violence et de domination.

Pourtant, comme le souligne le CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur), « les enquêtes, comme les témoignages reçus par les associations, montrent que les violences envers les femmes existent dans les mêmes proportions dans tous les milieux socio-professionnels. Cette image participe alors, plus que dans d’autres milieux, à nier la réalité des violences sexistes et sexuelles et donc à maintenir le silence qui l’entoure. »

D’autant plus dans un contexte où l’université est un lieu où peut facilement s’exercer un rapport de domination entre le corps enseignant et les étudiants. Par exemple entre un doctorant et son directeur de thèse, de qui il dépend pour obtenir des bourses d’étude.

D’autre part, les journalistes de Mediapart mettent en évidence le manque total de formation et de documentation des membres des commissions sensées statuer sur ces problématiques. Les commissions chargées des procédures disciplinaires sont composées de personnes de grades équivalents ou supérieurs dans la hiérarchie universitaire à la personne mise en cause, ce qui favorise l’omerta et l’entre-soi au sommet. En outre, seule la présidence de l’université ou le centre de recherche sont habilités à saisir ces sections disciplinaires : un étudiant ou une étudiante ne peut pas y faire recours directement.

« Tout est fait pour enterrer une affaire de ce type sans la résoudre » a déclaré Marguerite Chabrol – qui enseigne à l’université Paris 8 – à Médiapart.

Quand le sexisme fait système, à l’université comme ailleurs

Après la vague de témoignages sous le hashtag #MeToo, dévoilant l’ampleur des conséquences du sexisme et son caractère systémique, et avec les révélations concernant les rouages du système patriarcal qui régit le milieu de l’industrie cinématographique (avec l’affaire Weinstein) mais aussi dans le journalisme par exemple (les révélations concernant la « Ligue du LOL », certaines personnes ont cherché à faire bouger les lignes à l’université.

Des organisations, notamment étudiantes, ont mené des campagnes contre le sexisme à la fac, des cellules de veille contre le sexisme ont été mises en place, des formations sur la lutte contre le harcèlement sexuel ont été organisées au sein des institutions universitaires. Des acquis qu’il nous faut revendiquer et étendre.

Mais la lutte contre les violences de genre, de plus en plus visibles dans l’Enseignement supérieur, ne doit pas être circonscrite à l’université elle-même. En effet, l’université est le miroir déformant de la société, de ses contradictions, de ses violences et de ses rapports de domination. L’oppression systémique des femmes y prend de nombreuses formes, depuis les violences sociales légitimées par le gouvernement et les classes dominantes (écart salarial, discriminations à l’embauche, attribution des tâches domestiques…) jusqu’à ses manifestations les plus évidentes (violences physiques et sexuelles, pouvant aller jusqu’aux féminicides).

En tant que rouage de ce système d’exploitation et d’oppression, l’enseignement supérieur ne pourra jamais être un îlot découpé de la société, imperméable aux violences sexistes et sexuelles. C’est pourquoi il est nécessaire d’étendre la lutte contre le patriarcat et l’ensemble de ses manifestations au-delà des murs de l’université.

Crédit photo : Marta Nascimento - REA




Mots-clés

Université Paris 1   /    #MeToo   /    harcèlement sexuel   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Université   /    Jeunesse