^

Politique

Fichage

« Voix de vieille pédale », « gros con », « fdp », Europe 1 a fiché 500 000 auditeurs

Mediapart révèle ces pratiques, pourtant documentées dans un rapport du CNIL depuis 2017 mais jusque là restées confidentielles.

lundi 25 février

Europe 1 aurait tenu pendant près de vingt ans un fichier des auditeurs de la radio, recensant plus de 500 000 identités : c’est ce qu’un rapport de la CNIL, paru en 2017 mais resté confidentiel, et que Mediapart a pu consulter, qui fait état de ces pratiques.

Dénommé « Chamane », ce fichier d’auditeurs, en plus de contenir des informations relatives à l’état civil, contient également des fiches remplies d’insultes qui font la part belle au racisme, au sexisme et à l’homophobie. Comme le révèle Mediapart, qui a pu consulter un rapport resté confidentiel de la CNIL, la rubrique « commentaire » qui accompagne la fiche de chaque auditeur peut aller loin dans l’insulte et les détails privés.

Dans les 483 fiches injurieuses recensées par la CNIL, on trouve entre autres commentaires : « Patrice séropositif », « plus alcoolique mes fesses ! », « arrêt maladie, traitement pour un cancer », ou encore des remarques à caractère raciste « accent juif tunisien, insistant et désagréable », voire homophobes : « il est homo », « c’est un ancien hétéro, qui est devenu homo », « voix de vieille pédale ! ». Par ailleurs, Mediapart révèle l’existence d’une véritable liste noire de près de 450 auditeurs interdits d’antenne, enregistrés sur une base plus ancienne encore qui daterait de 1998.

Si le fichage massif de plus de 500 000 auditeurs est déjà problématique, le fait d’intégrer dans ces fiches des informations portant sur l’orientation sexuelle, la santé ou les origines ethniques est totalement illégal, en lien avec les lois qui réglementent le traitement des données personnelles. Cette pratique frauduleuse à grande échelle pose directement la question de la récupération et de la gestion de données personnelles par des entreprises privées, qui font ce que bon leur semble avec.




Mots-clés

homophobie   /    Racisme   /    Numérique   /    Politique