^

Politique

Indécence

Vous avez dit austérité ? LREM investit 35 millions dans son futur local

Auparavant locataire de ses précédents sièges, LREM passe du côté des propriétaires à 1 an des futures élections présidentielles et dépense une fortune pour son nouveau local, dans le même temps d'Emmanuel Macron demande toujours plus de sacrifices aux classes populaires.

vendredi 18 juin

Cinq ans après les élections, LREM a décidé d’acquérir son nouveau quartier général de campagne dans le 8e arrondissement de Paris à 15 minutes à pied de l’Élysée, a annoncé Stanislas Guérini, le délégué général de LREM. Devenant ainsi propriétaire de 2800 m² de bureaux, deux bâtiments de six et sept étages. pour 35 millions d’euros soit 12,500 le m². Alors que le président durant sa campagne électorale disait ne pas vouloir d’une “France de propriétaire”, qualifiant ces derniers de rentier, voilà que son organisation dépense une petite fortune pour rejoindre les grands propriétaires.

De cette manière, en devenant propriétaire et en augmentant ces moyens matériels par la même occasion, le parti gouvernemental s’ancre dans la paysage politique a moins d’un an des prochaines élections présidentielles. Tandis que d’autres organisations comme le PS et LR semblent se noyer après les échecs électoraux, avec une réduction de leurs subventions depuis la victoire de LREM, les poussant à vendre leurs locaux. Ces turn-over immobilier témoigne d’une certaine manière de l’écroulement du bipartisme historique incarné par le PS et LR.

Mais si l’achat de nouveaux locaux fut possible pour le parti de l’actuel président c’est notamment grâce a des subventions s’élevant à 22 millions par an, soit 110 millions en 5 ans, d’après le site des droits et finances - suite à la vague de députés élus en 2017. En comparaison, LR a obtenu 12 millions de subventions par an soit 60 millions en 5 ans et le PS a eu 6 millions par an soit 30 millions en 5 ans. De toutes ses subventions, le parti majoritaire a dépensé 35 millions pour acheter une propriété, c’est une somme énorme, ahurissante pour des locaux. Alors que déjà le parti se dédouane en qualifiant l’achat de « une bonne affaire »« moins chère que sa valeur de base » qui est de 44 millions d’euros.

LREM qui a accédé au pouvoir à travers les mécanismes foncièrement anti-démocratique de la Vème république, de par le système des 500 parrainages pour se présenter aux élections présidentiels, les sommes d’argents nécessaire pour dominer la communication politique, … Et ils utilisent aujourd’hui ses même rouages pour s’ancrer dans le paysage politique en usant de millions d’argents publics pour un achat immobilier délirant.

Dans le même temps, le gouvernement prépare une stratégie de long terme plan de sortie de crise sur le dos des travailleurs, y compris par le biais de plusieurs réformes. Après celle de l’assurance chômage d’autres pourraient voir le jour, notamment la réforme des retraites 2.0, et l’objectif assumé est de faire des économies drastiques. En somme, nous pourrions avoir affaire à un véritable retour de l’austérité afin de payer la stratégie du « quoi qu’il en coûte ». En pleine crise économique, cet achat indécent, rappel, s’il le fallait, le caractère des organisations politiques qui se succèdent aux pouvoir depuis des décennies, qui sont définitivement de l’autre côté de la barricade.




Mots-clés

Macronisme   /    Élections    /    LREM   /    Emmanuel Macron   /    Politique