×

Sortie de Route

Week-end de mobilisation contre l’A69 : tous dans le Tarn contre Macron et les patrons-pollueurs !

À l’appel du collectif La Voie est Libre, d’Extinction Rebellion Toulouse, des Soulèvements de la Terre et de la Confédération Paysanne, une mobilisation se tiendra ce weekend dans le Tarn contre l'autoroute A69 Toulouse-Castre. Un appel auquel il faut répondre nombreux pour s'opposer aux destructions environnementales causées pour les profits de quelques patrons, à la répression du mouvement écologiste et des retraites, et à la macronie qui les orchestre !

Seb Nanzhel

21 avril 2023

Facebook Twitter
Week-end de mobilisation contre l'A69 : tous dans le Tarn contre Macron et les patrons-pollueurs !

Crédits photo : Twitter La Voie est Libre

L’autoroute Toulouse-Castres, c’est 54 km d’inutilité et de pollution, menés au forceps par la macronie pour les intérêts des concessionnaires autoroutiers et du grand patronat. En effet, le géant pharmaceutique Pierre Fabre réclame depuis des décennies une autoroute pour faciliter les échanges avec ses sites de production implantés autour de Castres.

Le projet s’ancre dans un soutien sans faille du gouvernement aux concessionnaires autoroutiers et autres géants du BTP, et a été adoubé en 2019 « priorité nationale » par Borne, elle-même passée par le géant de la construction Eiffage.

Destruction de centaines d’hectares de terres agricoles, de différentes zones humides, émissions monstres de CO2 pour le chantier et l’exploitation du site, excavation de 6 millions de mètres cubes de remblai et accroissement de la pollution de l’air dans la zone ne sont qu’un aperçu des dégâts engendrés par le projet. De plus, l’A69 pénalisera les utilisateurs comme les riverains, en forçant ceux qui ne veulent pas emprunter l’axe neuf à emprunter un détour traversant des communes, et en faisant payer les autres l’accès à l’axe routier à prix d’or. Face à ce projet nauséabond, une mobilisation a émergé au niveau local, avec de nombreuses actions visant à stopper le chantier, notamment la coupe des arbres sur le tracé.

À lire également : A69 Toulouse-Castres : la Macronie défend un désastre écologique au service du patronat

Alors qu’un week-end de mobilisation à l’appel du collectif La Voie est Libre, d’Extinction Rebellion Toulouse, des Soulèvements de la Terre et de la Confédération Paysanne se prépare depuis plusieurs semaines, Darmanin et le préfet du Tarn font chauffer la machine médiatique pour criminaliser les manifestants opposés au projet et mieux justifier leur répression. Darmanin s’alerte ainsi de la création d’une ZAD sur le tracé de l’axe, qui serait selon lui le « prochain objectif des ultras-gauche » et les renseignements territoriaux ressortent l’argumentaire usité de la « présence d’éléments radicaux » via des notes de préfecture transmises à la presse.

Un contrôle policier des zones environnant le projet est en place depuis le 19 avril, et un dispositif répressif massif est prévu pour le samedi, avec environ 800 gendarmes, CRS et policiers déployés. Brigades cynophiles, cellule judiciaire mais également détachements aériens de la gendarmerie ont été prévus par la préfecture. De nombreuses zones seront également interdites à l’accès et aux rassemblements samedi.

Une surenchère répressive qui témoigne d’une fébrilité importante du gouvernement, et de sa volonté de gonfler les muscles. Face à un mouvement qui ne décolère pas même après la promulgation de la réforme des retraites, Macron et sa clique répondent par la matraque. Une répression qui s’est incarnée dans la violence qu’a subie la mobilisation à Sainte-Soline, à la suite de laquelle Serge est toujours dans le coma, ainsi que dans les attaques autoritaires à l’encontre des Soulèvements de la Terre ou encore les menaces contre la LDH. Des attaques doublées d’une offensive coloniale et militaire à Mayotte avec l’opération Wuambushu.

Pourtant, les quelques pas que le président et ses ministres se risquent à faire dehors s’accompagnent partout de rassemblements de colère, d’insultes, de coupures d’électricité menées par les travailleurs d’énergie et de concerts de casseroles. Un symptôme que la crise politique est loin d’être refermée, et qu’il est temps d’enfoncer le clou !

Dans ce sens, soyons nombreux ce samedi à Saïx dans le Tarn, face à ce projet-symbole du macronisme. Une occasion dont doit se saisir le monde du travail, qui a témoigné de sa puissance lors de la dernière séquence malgré la stratégie de défaite de l’intersyndicale et le cloisonnement des mots d’ordres qu’elle a orchestré, afin de montrer qu’il est capable de mettre un stop aux destructions environnementales engendrées pour les intérêts de quelques uns. L’heure est à la construction d’un rapport de force par la grève politique face à la macronie, au patronat et leurs projets nauséabonds.

Pour soutenir RP, faites un don !

Facebook Twitter
Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d'EELV pour les européennes

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d’EELV pour les européennes

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

Européennes : EELV veut intégrer une macroniste pro-service militaire sur sa liste

Européennes : EELV veut intégrer une macroniste pro-service militaire sur sa liste

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

« De l'eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s'attaque aux industries de la micro-électronique

« De l’eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s’attaque aux industries de la micro-électronique

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?