^

Politique

Xénophobie

Xénophobie : une enfant retenue 8 jours à Orly pour soupçon de faux-papiers

Le vendredi 5 février, une enfant mineure de 11 ans a été retenue pendant 8 jours, pour un doute sur ses papiers ; dans la « zone d'attente » de l'aéroport d'Orly, sans lien social et dans des conditions inhumaine.

samedi 20 février

Crédit photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L’histoire révélée par Libération est particulièrement scandaleuse, vendredi 5 février, 3 jeunes filles mineures avec des passeports guinéens, atterrissent à l’aéroport d’Orly par le vol Iberia 3406 en provenance de Madrid. La police des frontière est étonné par leurs papiers d’identité et leur petites ressources, 100€ pour 3. Résultat : deux des trois jeunes filles vont pouvoir quitter l’aéroport le lendemain mais Jordana* va rester à l’aéroport pendant 8 jours, jours et nuits.

Lorsque sa mère se déplace à l’aéroport pour la récupérer, la police n’est pas convaincue de la véracité de l’acte de naissance qui est censé prouver sa parentalité, découvrant qu’elle n’est pas guinéenne mais camerounaise. Alors le Tribunal de Créteil est saisi et la juge des libertés et de la détention demande à placer Jordana en zone d’attente de l’aéroport pour une durée indéterminée.

Cette jeune fille se souviendra longtemps de son arrivée à l’aéroport de orly, le vendredi 5 février en provenance de Madrid. Le placement en détention qui va suivre est très compliquée pour elle : de 7h30 a 21h elle est en zone d’attente dans l’aéroport puis le soir elle est transférée à l’hôtel ibis proche de l’aéroport. Pendant la journée elle ne peut rien faire, elle est dans une pièce de 6m2, selon un témoignage recueilli par Libération , et elle peut à peine prendre l’air.

Le soir à l’hôtel elle est dans un étage réservé pour des passagers dans le même cas qu’elle, étage surveillé par des policiers. Selon un témoin, au fil des jours, elle devient de plus ne plus silencieuse et mange moins. En effet les repas ne sont vraiment pas copieux, et sont de de très mauvais qualités « des barquettes en aluminium aux saveurs insipides réchauffées au micro-onde » selon Libération

Les conditions inhumaines de détention pour une fillette de onze posent question et sont un énorme scandale. Un de plus dans un système où les migrants et étrangers sont sans cesse persécutés pour leur couleur de peau. L’histoire de cette fillette obligée de passer plus de 12h par jour, seule, dans un espace de 6 m2 pendant plus d’une semaine, et qui a eu pour seule opportunité de prendre l’air, une minuscule cour entre les bâtiments de l’aérogare, recouverte d’un grillage anti-évasion, et surveillé par les forces de police, est scandaleuse.

Ce système mène à des situations inhumaines, l’histoire de la rétention d’un enfant de 11 ans pendant 8 jours montre une nouvelle fois son horreur. Plus que jamais, pour que jamais de telles situations ne se répètent, il est nécessaire de se battre pour l’abolition des frontières et pour la régularisation de tous les sans-papiers sans conditions.

*Le prénom est un prénom d’emprunt




Mots-clés

Racisme d’État   /    aéroport   /    Racisme   /    Politique