^

Monde

Meeting international simultané : Allemagne

Yunus Özgur : « Les capitalistes utilisent les divisions racistes et sexistes pour maximiser les profits »

Nous relayons ici l’intervention de Yunus Özgur, jeune militant de l’Organisation Révolutionnaire Internationaliste (RIO) d’Allemagne, lors du meeting international simultané contre le racisme et les violences policières

mardi 14 juillet

Je vous transmets mes salutations internationales depuis le cœur de l’impérialisme allemand. C’est pour moi un grand honneur de cet événement qui rassemble des révolutionnaires socialistes du monde entier.

Les capitalistes veulent faire payer la crise de la pandémie du coronavirus aux exploités et aux opprimés. Ce sont particulièrement les femmes et les migrants qui assument les coûts de la crise. Nous sommes les premiers à nous faire licencier, nous sommes les premiers à travailler dans les secteurs essentiels dans de mauvaises conditions d’hygiène et qui mettons nos vies et notre santé en danger pour les profits des capitalistes.

L’exemple de Tönnies est particulièrement flagrant. Cette entreprise est le leader européen de production et de transformation de viande, propriété du milliardaire raciste Klemens Tönnies. Dans ses abattoirs, plus de 1500 salariés ont attrapé le Covid-19. La majorité d’entre eux sont des travailleurs détachés roumains et alors que Tönnies les oblige à travailler toute la journée bien qu’ils soient malades, le gouvernement et les médias bourgeois attisent la haine raciale en les accusant même d’avoir importé le virus.

Les capitalistes utilisent les divisions racistes et sexistes pour maximiser les profits. Et la bureaucratie syndicale agit en complice, elle refuse d’organiser les secteurs précaires. Au lieu dee formuler en commun avec la classe ouvrière, un plan de bataille pour faire payer la crise aux capitalistes.

En Allemagne aussi des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue en répondant au slogan Black Lives Matter pour manifester contre le racisme et les violences policières. Ces derniers mois, nous avons été confrontés à toujours plus d’attentats racistes comme à Hanau et à des scandales récurrents révélant des réseaux d’extrême-droite dans la police, les services secrets et l’armée. Il est important que les syndicats mobilisent sur ces questions. Pourtant, ils préfèrent soutenir les syndicats de policiers qui sont présents dans nos confédérations. A ce sujet, nous avons un message clair à leur adresse : « les policiers n’ont rien à faire n’ont rien à faire dans nos syndicats et nos organisations ».

La politique migratoire raciste du gouvernement allemand et des états impérialistes d’Europe provoque la mort d’innombrables migrants en Méditerranée et aux portes de l’Europe. La pandémie de Covid-19 a encore dégradé les conditions de vie des migrants dans les camps de rétention. Merkel, à la tête de l’impérialisme allemand, veut sauver l’Union Européenne, comme garante des profits de l’hégémonie de la bourgeoisie, grâce à la soumission des pays du Sud et de l’Est de l’Europe. Pour nous, ni l’Europe du capital, ni la résurrection utopique des États-nations ne représente un espoir pour la jeunesse, les migrants ou les femmes. Seule une perspective anticapitaliste, anti-impérialiste, internationaliste de la classe ouvrière, indépendante de toute fraction de la bourgeoisie et des bureaucraties réformistes est possible pour sortir de la crise.

C’est pourquoi nous nous battons pour la perspective proposée par les plus grands révolutionnaires de l’histoire comme Léon Trotsky, la construction d’une organisation socialiste révolutionnaire à échelle nationale et internationale dans la perspective des États-Unis socialistes d’Europe.

C’est pour nous une raison supplémentaire pour se battre pour la reconstruction de la IVe Internationale. Vive la solidarité internationale !