^

Politique

Les profits avant l'écologie

ZAD du LIEN. Expulsion et répression des opposants au projet de déforestation

Alors que se déroule actuellement la COP26 à Glasgow, ce matin des militants de la ZAD de Grabels ont été violemment expulsé et arrêté par la police, sous ordre du préfet, alors même qu’ils luttent contre un projet routier inutile et la déforestation.

jeudi 4 novembre

Crédits photo : Éric Catarina / Midi Libre

Depuis juin dernier des militants écologistes occupent des terrains pour empêcher la réalisation du projet de barreau routier « Lien » qui doit relier l’A9 à l’A750 au Nord de Montpellier. Les travaux ont repris au début du mois avec notamment les activités de déboisement qui ont ravivé les tensions sur le site.

Ce mercredi 03 octobre, les gendarmes casqués et armés de boucliers ont ceinturé la ZAD :

C’est finalement tôt ce jeudi matin que l’opération d’évacuation s’est terminée, par l’arrêt et l’expulsion violente des militants sur les lieux de vie construits sur place nous apprend Midi Libre.

Les militants se battent contre l’urbanisation sans fin des terres vierges et agricoles alors même que l’utilité de ce barreau routier est largement remise en question. Ces infrastructure inutiles ne servent qu’à gonfler artificiellement la croissance nécessaire à l’expansion du profit capitaliste. Encore un exemple qui montre que la police et la gendarmerie ne sont là que pour protéger les intérêts privés et capitalistes.

Ironiquement, cet évènement se déroule alors même qu’un accord contre la déforestation est en discussion à la COP26, lequel Macron dit soutenir pour mieux se repeindre en vert en vu des présidentielles 2022, quand il permet des opérations violentes contre ceux qui tentent de protéger la nature au même moment !

La préfet de Montpellier Hugues Moutouh s’est lui félicité de cette opération ainsi que de l’efficacité des forces de gendarmerie. Avant de rajouter : « pas d’impunité pour ceux qui agressent les forces de l’ordre et violent la loi  », justifie-t-il sur Twitter :

Il faut vite en finir avec ces dirigeants qui ne valorisent que les intérêts privés contre nos intérêts et notre survie. Lorsque les autorités agissent, ce n’est que pour réprimer violemment notre camp social qui se bat pour le futur des conditions de viabilité de la planète.




Mots-clés

COP26   /    Répression policière   /    Déforestation   /    Catastrophe écologique    /    Ecologie   /    Répression   /    Politique