^

Politique

Macronie

Zineb El Rhazoui, islamophobe, amie de l’extrême droite pourrait être investie par LREM

Pressentie pour être investie par la majorité présidentielle dans la 9ème circonscription des Français de l’étranger, la journaliste Zineb El Rhazoui, proche de certaines figures d’extrême droite, appelait en 2019 à « tirer à balles réelles » sur les habitants des quartiers populaires.

vendredi 6 mai

Crédit photo : AFP/ Jacques Demarthon

LREM, désormais Renaissance, a dévoilé jeudi 5 mai une séries d’investitures pour les législatives sous l’étiquette Ensemble qui regroupera les macronistes, le MODEM et Horizons. Pour l’heure laissée vacante, la 9e circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest) pourrait atterrir entre les mains de la journaliste Zineb El Rhazaoui. Le précédent titulaire du poste, issu des rangs de la majorité présidentielle, jugé en avril dernier pour violences volontaires, ne se représentera pas.

L’écrivaine, anciennement journaliste à Charlie Hebdo, a pourtant un CV politique bien chargé. Entretenant des liens troubles avec certaines figures de l’extrême droite, la journaliste n’hésitait pas à poser en 2019 aux côtés du youtubeur Papacito qui s’est fait connaître en appelant à « tuer du gauchiste ».

Autre fait d’arme, l’essayiste déclarait en novembre 2019 sur les antennes de CNews, qu’il fallait « tirer à balles réelles contre les jeunes de banlieue » et les « barbares ». Une déclaration qui avait rapidement fait le tour de la toile et choqué jusqu’au présentateur de l’émission, Pascal Praud, pas forcément reconnu pour être un islamogauchiste radical.

En faisant circuler le nom de Zineb El Rhazoui comme une possibilité, Macron fait un geste clair en montrant explicitement qu’il ne s’arrêtera pas aux attaques islamophobes du premier quinquennat et qu’il va continuer à faire du pied à l’extrême droite. A vrai dire il n’y aurait pas grand-chose de surprenant dans ce choix. Celle qui est connue pour ses positions antivoile et son souhait de l’interdire dans l’espace public, se réjouissant encore il y a peu de la droitisation de Macron notamment sur les questions identitaires. [Le 12 avril dernier au micro d’Europe 1, elle ne manquait pas en ce sens de se féliciter du tournant sécuritaire de son possible futur patron : « Emmanuel Macron a beaucoup évolué sur la question de la laïcité entre le début et la fin de son quinquennat ».

Si la nomination reste pour l’heure hypothétique, il apparait d’ores et déjà que derrière les changements de forme -LREM s’appellera désormais Renaissance, le fond est amené à rester identique. Dans la droite lignée d’un premier quinquennat de guerre sociale et d’attaques racistes, Macron 2 s’apprêterait à faire d’un des fers de lance de l’islamophobie médiatique, l’un de ses représentants. Une chose est sûre, on aura connu meilleur barrage contre l’extrême droite.



Mots-clés

Anti-racisme   /    Macronisme   /    Islamophobie   /    Racisme   /    Emmanuel Macron   /    Politique