http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
7 de janvier de 2019 Twitter Faceboock

Gilet jaune boxeur
Affaire Christophe Dettinger : du soutien populaire à l’auto-défense collective ?
Boris Lefebvre

Les images du boxeur Christophe Dettinger qui ont affolé les médias ce samedi et le soutien populaire qui s’en est suivi en disent long sur la détermination du mouvement des gilets jaunes et la radicalité qui s’élève face aux violences policières.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Affaire-Christophe-Dettinger-du-soutien-populaire-a-l-auto-defense-collective

Un poids lourd face au deux poids deux mesures

Deux boxeurs ont fait la une ce week-end : un chez les gilets jaunes et un chez les flics. Le commandant de police de Toulon, Didier Andrieux, s’est illustré par deux passages à tabac lors de la manifestation des gilets jaunes, dans des corps à corps contre des manifestants sans défense. Christophe Dettinger, ancien boxeur professionnel et gilet jaune, s’est quant à lui affronté aux gendarmes suréquipés qui fliquent nos manifs.

Filmée par des journalistes, la vidéo du gilet jaune boxeur est rapidement devenue virale. Alors que le cortège était arrêté par la police avant l’Assemblée Nationale samedi, les gilets jaunes entreprennent de traverser la Seine et se retrouvent nez à nez avec des gendarmes bien décidés à faire reculer le cortège. Mais les jets de grenades en tout genre et les coups de matraque ne font pas reculer les manifestants qui passent à l’offensive pour tenter de briser le cordon de CRS. Par la suite des affrontements ont lieu sur la passerelle.

Des médias aux journalistes en passant par les syndicats jaunes, les images de Christophe Dettinger ont alimenté depuis samedi la rhétorique dénonçant une « dérive ultra-violente » des gilets jaunes, pointant du doigt les « factieux ».En somme, Christophe Dettinger incarnerait le gilet jaune violent, celui qui décrédibilise le mouvement et celui qu’on va instrumentaliser pour diviser l’opinion sur les gilets jaunes. Pourtant, c’était sans compter sur un immense soutien populaire.

Un symbole des violences ou un homme ordinaire en révolte ?

Devançant les médias et la campagne de calomnie à son encontre, Christophe Dettinger est revenu sur son geste dans une vidéo virale avant de se rendre de lui-même à la police. L’image qui ressort de son discours coïncide avec celui que son entraîneur donnait de lui le matin même au micro de Bourdin : celle d’un homme calme et respectueux des règles qui, face aux actes des violences des policiers, aux jets de grenades, aux gazages de retraités, n’a plus voulu se laisser faire. « Je me suis fait gazer et à un moment la colère est montée en moi. J’ai mal réagi, mais je me suis défendu. » explique-t-il dans sa vidéo. 

Le geste de Christophe Dettinger ressemble ainsi à celui de nombreux gilets jaunes qui, depuis plusieurs semaines, montent des barricades et s’affrontent à la police parce qu’ils se battent pour leur avenir, celui de leurs enfants, et que les policiers sont envoyés pour les en empêcher, souvent de manière violente. C’est un geste de défiance contre l’autorité policière et le témoignage d’une fracture qui ne cesse de s’agrandir entre la police et les gilets jaunes.

Mais si la vidéo est impressionnante, tout aussi significative est la réaction des gilets jaunes à cette scène. Face à cette contre-offensive contre des CRS, les gilets jaunes ont en effet apporté un soutien massif au boxeur, soutien qui s’est notamment exprimé au travers de cette cagnotte de soutien qui a atteint en une demie-journée plus de 70 000€ avec la participation de plus de 4 000 personnes. Un soutien qui exprime un revirement dans le rapport du mouvement à la police et une crise de légitimité profonde des forces de répression.

Vers une auto-défense populaire et collective ?

Si la vidéo de Christophe Dettinger montre des manifestants mettant à mal le dispositif policier, l’acte VIII n’a pas manqué de son lot de blessés et de mutilés du côté des gilets jaunes. Depuis le début du mouvement la répression, sous de multiples formes, est ainsi utilisée pour tenter de stopper la mobilisation par la peur.
Dans ce cadre, la question que pose l’affaire Dettinger est celle de la réponse à apporter aux agressions systématiques des forces de l’ordre, nassant, bloquant les cortèges et violentant les manifestants. Par-delà l’exploit individuel d’un ancien champion de France de boxe, c’est la question de la construction d’une auto-défense collective doit être posée

Crédit photo : AFP.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com