http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
4 de mars de 2019 Twitter Faceboock

Violences policières
Marseille. A 3 mois de la mort de Zineb Redouane, une marche lui rend hommage et exige justice
Eliane Le Floch

Ce samedi 2 mars, 150 personnes se sont rassemblées dans la cité phocéenne à l’appel des proches de Zineb Redouane pour lui rendre hommage et exiger justice, à 3 mois de son décès après avoir reçu une grenade lacrymogène au visage.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Marseille-A-3-mois-de-la-mort-de-Zineb-Redouane-une-marche-lui-rend-hommage-et-exige-justice

Crédit photo : Les Squales

Un hommage plein d’émotions

L’émotion était très forte dans la voix de Milfet, fille de Zineb Redouane dont nous avions publié le témoignage, ce samedi 2 mars en fin de matinée à Marseille. C’est au cours Belsunce, juste en face du restaurant Ankara, "un lieu qu’elle aimait beaucoup", que s’est tenu l’hommage à celle que beaucoup appelaient "Madame", que les plus proches appelaient Mama Zina.

Imen Souames, sa voisine et amie de longue date, a pris la parole à travers la voix de sa fille "Tu es l’une des premières personnes que j’ai rencontrée lorsque je suis arrivée en France, et aujourd’hui, 18 années plus tard, c’est moi qui te vois partir[...] jamais je ne t’oublierai". A la suite des prises de parole, le rassemblement s’est fait cortège jusqu’à la rue des Feuillants, au pied du domicile de Zineb. Plusieurs dizaines de personnes ont alors déposé des fleurs au bas de l’immeuble. "Si vous voulez lui rendre un hommage à nos côtés, annonçait l’événement publié sur Facebook, vous pouvez venir avec une fleur pour elle, parce qu’elle aimait beaucoup les fleurs, qu’elle faisait fleurir dans son jardin à Alger."

Vérité, justice et dignité

Au dessus des gerbes de fleurs déposées, deux personnes tenaient une petite banderole floquée du visage de Zineb et sur laquelle était sobrement écrit : "Justice pour Zineb R.". C’est aussi ce qu’a déclaré Milfet dans son adresse : "Je remercie toutes les personnes qui ne veulent pas l’oubli et nous soutiennent dans notre recherche de vérité et justice. [...]Je remercie toutes les personnes en France qui attachent le nom de notre mère à leur revendication de vérité et de justice pour les victimes innocentes".

A la suite du décès de Zineb, l’IGPN a été saisie par le parquet de Marseille pour faire la lumière sur le cours des événements et déterminer les responsabilités. Trois mois après sa mort, l’identité du tireur n’a toujours pas été établie. Un "proche du dossier" rapporte dans La Provence que le bénéfice de la vidéo-surveillance est exclu pour identifier le tireur : "Sur les images de vidéoprotection de la Ville on ne voit rien, à cause des émanations de gaz lacrymogènes et des fumées déclenchées par des incendies de palettes". Celui-ci avance même qu’ "aucune intentionnalité de la part de ce policier ne peut être retenue, tout simplement parce que cela serait impossible techniquement : ces tirs forment un arc de cercle dans le ciel et il est d’ailleurs fréquent qu’ils tapent dans des façades". L’affaire serait-elle déjà classée ?

Dans l’annonce de l’événement Facebook, Milfet précisait "Ce rassemblement n’a en aucun cas d’objectif militant ni politique, il s’agit pour nous de parler de notre maman pour rendre hommage à sa mémoire." En demandant Vérité, justice et dignité, Milfet exprimait pourtant une exigence partagée par l’ensemble des victimes et des proches des victimes des violences policières, une exigence vis-à-vis de l’Etat pour en finir avec l’impunité policière et la répression.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com