http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
23 de mars de 2019 Twitter Faceboock

Acte 19
Direct Toulouse. Pluie de gaz lacrymogènes et charges de CRS sur les Gilets Jaunes
Correspondant-e Toulouse

A Toulouse, plusieurs milliers de Gilets Jaunes défilent dans les rues, malgré l’intensification de la répression, pour l’acte 19. Alors que, dans les actes précédents, les forces de répression attendaient 16h30/17h pour entrer en action, une pluie de lacrymo et des charges de CRS se sont abattues sur le cortège dès 14h30, c’est à dire dès le début de la manifestation.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Direct-Toulouse-Pluie-de-gaz-lacrymogenes-et-charges-de-CRS-sur-les-Gilets-Jaunes

C’est dans un contexte ultra-répressif, avec la mobilisation de l’armée, que se déroule l’acte 19 des Gilets Jaunes. Alors qu’à Nice, les images d’une Gilet Jaune à terre dans une marre de sang font le tour de la toile, c’est sur l’ensemble du territoire que la répression est à l’œuvre pour écraser le mouvement.

Toulouse, l’une des « capitales » de la contestation, n’est évidemment pas épargnée. La première information de la journée, c’est que malgré l’offensive médiatique de la semaine, ce sont par milliers que les Gilets Jaunes toulousains ont pris la rue, ce 23 mars. Et ce malgré le fait que la place du Capitole était visée par une interdiction de manifestation, et que les forces de répression se sont organisées afin de multiplier les fouilles et rendre le point de rendez-vous de la manifestation inaccessible.

D’ordinaire, à Toulouse, les actes se déroulent sans heurts jusqu’à 16h30/17h. C’est habituellement à ce moment là que les forces de répression entrent en action à grand renfort de gaz lacrymogènes et de courses poursuites dans les ruelles du centre ville. Mais ce 23 mars, l’horaire répressif a été largement avancé. Le message est clair : il s’agit de chercher à écraser purement et simplement la mobilisation.

Ainsi, alors que le cortège empruntait la rue de Metz, à proximité de la préfecture, vers 14h30, les forces de répression ont cherché à diviser le cortège. Des charges de CRS ainsi que des gaz lacrymogènes se sont ainsi abattus sur le cortège. A l’heure ou nous écrivons ces lignes, les lacrymogènes pleuvent encore, tandis que la BAC, postée dans les ruelles adjacentes aux grands boulevards, s’adonnent à une véritable chasse aux Gilets Jaunes.

Alors que Toulouse sera le point de ralliement national des Gilets Jaunes pour l’acte 22, le gouvernement et la préfecture cherchent ainsi à écraser l’une des places fortes du mouvement. La détermination des Gilets Jaunes toulousains, massivement mobilisés et défilant au cri de « même si vous le voulez pas, nous on est là ! » est la meilleure des réponses à apporter face à la fuite en avant liberticide et répressive du gouvernement.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com