http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
1er de avril de 2019 Twitter Faceboock

Remaniement
Nouvelle porte-parole de l’Élysée : Sibeth Ndiaye, à peine nommée, « la meuf est dead » ?
Olive Ruton

A l’occasion de ce nouveau remaniement, le gouvernement accueille l’arrivée de trois nouveaux membres. Parmi eux, Sibeth Ndiaye, nouvelle porte-parole, qui déclarait il y a quelques mois assumer « d’être prête à mentir pour protéger le président ». Un choix qui en dit long de la crise du gouvernement.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Nouvelle-porte-parole-de-l-Elysee-Sibeth-Ndiaye-a-peine-nommee-la-meuf-est-dead

Macron en pleine crise, et alors que tous les médias le décrivent très affaibli, n’arrive pas à se sortir de la mauvaise passe ouverte par le mouvement des GJ. Alors que les remaniements deviennent presque une forme de routine dans un gouvernement qui a fêté ces derniers jours le dixième départ de l’un de ses membres (avec les démissions de Benjamin Griveaux, Mounir Mahjoubi et Nathalie Loiseau), Emmanuel Macron plus isolé et plus à la défensive que jamais ne nomme plus dans son équipe que ceux qui lui sont les plus proches.

Qui est Sibeth Ndiaye, cette « proche » de Macron ?

Pour cette ancienne syndicaliste étudiante de l’UNEF, l’accession au rang de porte-parole d’un gouvernement auteur d’attaques historiques contre l’université avec notamment la hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires, mais aussi Parcoursup et la loi ORE au printemps dernier, ne semble pas poser de problème. En effet, depuis cette époque, puis celle de son intégration au Parti Socialiste en 2002, le tournant à droite est en marche : de conseillère de presse de Claude Bartolone et d’Arnaud Montebourg, elle devient pour la campagne présidentielle de 2017 la conseillère de communication d’Emmanuel Macron.

C’est donc au cours de la campagne de 2017, et particulièrement dans le documentaire Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire, que Sibeth Ndiaye se fait particulièrement remarquer. Elle y apparaît très proche de Macron, l’accompagnant dans sa campagne et contrôlant l’image de son candidat d’une main de fer. Très ferme face aux journalistes, on la voyait ne pas hésiter à se montrer autoritaire voire insultante envers ceux qui ne faisaient pas assez briller son poulain. On se souvient notamment du fameux « C’est pas du travail de journaliste, ça, c’est du travail de sagouin ! ». Cette campagne avait ainsi révélé les liens forts entre Emmanuel Macron et sa conseillère en communication, désormais porte-parole, que certains disaient « très proche », ce qu’elle avait elle-même illustré en déclarant avec aplomb « J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président ». Voila qui en dit long sur sa récente nomination.

Mépris et désinvolture : les « petites phrases » de la nouvelle porte-parole de l’Élysée

L’une des spécialités de cette nouvelle porte-parole est ainsi de déclencher la polémique dès qu’elle ouvre la bouche... Et elle n’a pas manqué de le faire au moment même de l’officialisation de sa nouvelle fonction, ou de son « nouveau job », comme elle aime à l’appeler : « Vous informer et expliquer ce que fait le gouvernement pour votre quotidien : c’est mon nouveau job (merci Emmanuel Macron et Edouard Philippe pour leur confiance !), et ça commence tout de suite. Je vous dis à demain pour mon premier compte-rendu du conseil des ministres ». Ce qui commence tout de suite, c’est en tout cas l’affichage de son fameux « franc-parler », voire de sa désinvolture désormais habituelle, et de la polémique qui n’a pas tardé parmi les opposants politiques ou sur les réseaux sociaux. Une annonce qui brille d’autant plus par son ironie : le rôle qu’elle annonce d’informer et expliquer les actions du gouvernement semble en effet tout relatif, à la lumière de son fameux « J’assume complètement de mentir »...

De la part de celle qui était jusqu’à très récemment la conseillère en communication de l’Élysée, on ne peut être vraiment surpris par cette tendance aux « petites phrases » désinvoltes et polémiques qui semblent être sa marque de fabrique, et peut-être son plus grand point commun avec le président Macron. Sibeth Ndiaye avait d’ailleurs beaucoup fait parler d’elle au moment du scandale qu’avaient suscité ses propos au sujet de la mort de Simone Veil. Si on lui avait attribué à tort un « la meuf est dead » envoyé par texto, qui avait fait grand bruit et dont elle s’est toujours défendue, ses véritables mots restent cependant limites face à la solennité de la nouvelle. Libération révélait ainsi que suite à une question concernant la tenue ou non d’obsèques nationales, le SMS envoyé par Sibeth Ndiaye disait en réalité « Aucune idée, la meuf est morte il y a moins de vingt-quatre heures. »

En Sibeth Ndiaye, Emmanuel Macron semble avoir trouvé une équipière à sa hauteur, et surtout sur la même longueur d’ondes que lui. Après avoir illustré l’opacité et les manœuvres du « nouveau monde » qu’il était sensé incarner, avec notamment toute l’affaire Benalla, et s’être illustré dans une surenchère de « petites phrases » toutes plus méprisantes et désinvoltes les unes que les autres, il appelle à ses cotés celle qui crie à qui veut l’entendre que l’honnêteté et la transparence ne font pas partie de ses habitudes lorsqu’il s’agit de protéger son président ! Un choix défensif et de sécurité dans cette période de crise et d’isolement pour Macron, mais qui est bien loin de lisser son image et de faire consensus au moment pourtant crucial du lancement de sa campagne pour les européennes.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com