http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
4 de avril de 2019 Twitter Faceboock

Blanche Gardin refuse d’être décorée et critique le gouvernement. La Macronie réagit : « qu’elle reste à sa place ! »
Olive Ruton

Blanche Gardin, humoriste connue pour son humour cynique et décapant, a refusé d’être décorée par l’ordre des Arts et des Lettres. Le Motif ? La politique de précarité du gouvernement. Des accusations qui n’ont pas attendu longtemps les réponses offusquées de la Macronie et ses médias !

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Blanche-Gardin-refuse-d-etre-decoree-et-critique-le-gouvernement-La-Macronie-reagit-qu-elle-reste-a

Photo : Blanche Gardin

Partout où elle passe, Blanche Gardin sait faire parler d’elle. L’année dernière, lors de la cérémonie des Molières, elle avait, avec son cynisme désormais célèbre, marqué les esprits en se remettant son propre prix, celui du Molière de l’humour, qu’elle avait rebaptisé pour l’occasion « Molière de la discrimination positive et de l’humour » ! Un sketch qui replaçait sa nomination dans un contexte difficile pour un monde du cinéma sous-tension l’année de l’affaire Weinstein et de la mise en lumière des violence sexistes et sexuelles dans ce milieu, qui avait grand besoin d’un air de féminisme après cette mauvaise publicité. « Le jour où je reçois un prix, il n’a aucune valeur ! » avait elle déploré avant de se comparer à « un rebeu du 9-3 qui vient d’être admis a Science Po », simple outil marketing pour l’idéologie néolibérale du mérite et de l’égalité des chances. Mettre à distance les prix qu’elle reçoit serait donc une forme d’habitude pour l’humoriste qui n’a pas trouvé plus de valeur à la perspective d’être décorée par la République, bien au contraire !

« Je ne pourrais accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses »

Ces jours-ci, elle a encore frappé. En effet, Blanche Gardin ne s’est pas contentée de refuser la décoration que lui proposait l’ordre des Arts et des Lettres ! Elle a – ultime affront ! – osé en expliquer publiquement la raison et critiquer la politique du gouvernement ! Dans une lettre publiée sur Facebook ce mercredi, celle qui est engagée pour les sans-abri aux coté de l’association l’Abbé Pierre, et qui met un point d’honneur à défendre cette cause dans chacun de ces spectacles, a ainsi déclaré : « Je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue.  ». Dans ce court texte, elle est ainsi revenue sur la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, de « loger tout le monde dignement » et de réduire à zéro le nombre de sans-abris. Une promesse bien opposées à toutes les actions réelles du gouvernement Macron depuis le début du quinquennat, et que la comédienne n’a pas manqué de détailler : baisse des APL, réduction des budgets des centres d’hébergements d’insertion, et suppression de l’ISF entre autres mesures anti-sociales.

La Macronie répond à la « Grande Gueule » de la semaine : « Qu’elle reste à sa place ! »

Une réponse qui, si elle a été saluée par une bonne partie du public sur les réseaux sociaux, a déchaîné les foudres des politiques et journalistes, chiens de garde de Macron et sa clique. S’ils n’ont certainement pas apprécié le manque de reconnaissance pour la proposition d’être honorée par la République française, il semblerait que le véritable scandale réside dans le fait qu’une comédienne ait émis une critique politique, ce qu’ont dénoncé les personnalités qui lui ont répondu... à commencer par le Ministre du Logement qui s’est apparemment senti personnellement attaqué.

Julien Denormandie s’est ainsi empressé de répondre à « ce post qui [l]’a interpellé », en assurant que, contrairement à ce qu’elle avance, il « lutte sans relâche, à tous les instant, contre l’exclusion sous toutes ses formes », cherchant à faire passer les accusations de Blanche Gardin pour un manque d’information. Mais peut-être est-ce le Ministre lui même qui manquerait d’information, à l’image du défaut de vision que Blanche Gardin notait chez le Président : « Il y en a de plus en plus tous les jours, des femmes, des hommes, et des enfants qui vivent , dorment et meurent dans les rues de France. Mais peut-être votre absence de vision vous a aussi ôté la vue. »

Fidèles au gouvernement en ces temps socialement troublés, les médias ont vite suivis le Ministre, à l’image des « Grandes Gueules » présentes sur le plateau de RMC ce jeudi. Blanche Gardin était, avec sa lettre au gouvernement, le sujet principal à l’ordre du jour. Sujet qui a déclenché une flopée de remarques toutes plus condescendantes les unes que les autres : « je trouve que c’est une excellente actrice... dois-je poursuivre ? » a par exemple lancé David Dickens, suggérant ce que ses collègues n’ont pas manqué d’expliciter, Joëlle Dago-Serry en première ligne : « Là on avait affaire à un texte éminemment politique ça m’a énormément gênée », avant de conclure « Elle est humoriste, à un moment donné chacun doit un peu rester à sa place ! ». Nommée « Grande Gueule de la semaine » par la production de l’émission, sur le plateau, ils auraient apparemment préféré qu’elle la ferme !

Ces réponses, immédiates et cassantes, ne sont que l’illustration de plus d’une caste politique qui en cette période tendue de contestation de masse n’est que trop heureuse d’avoir un interlocuteur direct à réprimer médiatiquement, et qui s’en donne à cœur joie. Car s’ils ordonne à l’humoriste de se cantonner à son domaine et de rester à sa place, c’est sans pouvoir oublier que tout une frange de la population ne veut plus rester à la sienne, et leur crie depuis des mois de quitter la leur.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com