http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
20 de avril de 2019 Twitter Faceboock

Flexibilisation et précarisation
Réforme Blanquer. Les AED à la rescousse face aux pénuries de profs ?
Jackson Leniwy

Selon l’article 14 de la réforme Blanquer, les pénuries de poste dans certaines académies pourraient bientôt être compensées par des assistants d’éducation (AED). Ces derniers, non titulaires, seraient ainsi amenés à combler les manques d’un système éducatif en plein délitement.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Reforme-Blanquer-Les-AED-a-la-rescousse-face-aux-penuries-de-profs

Crédit Photo / Sipa Press

La réforme Blanquer pour "l’école de la confiance", contre laquelle se battent de nombreux enseignants depuis plusieurs semaines, prévoit entre autres de précariser toujours plus les profs. L’un des exemples les plus marquants est peut-être l’article 14 du texte.

Ce dernier précise en effet que les assistants d’éducation (AED) pourront être amenés à combler des manques en cas de pénurie de profs dans les académies concernées. Les AED sont des assistants non titulaires dont le rôle pédagogique (aide aux devoirs, suivi et accompagnement des élèves, etc) est primordial. Cette possibilité se fera via la mise en place de nouveaux contrats dès la deuxième année de licence : les personnes concernées pourront être amenées à donner jusqu’à huit heures de cours hebdomadaires (soit environ la moitié du total horaire d’un titulaire), et tout cela en parallèle de leurs études. Le tout pour une rémunération mensuelle qui tournerait autour de 240 euros.

D’autre part, les modalités de mise en place de ce dispositif ne sont pas précisées dans le projet de loi, qui prévoit de laisser chaque rectorat s’adapter comme bon lui semble. Une politique de "flexibilisation" du métier d’enseignant, en renvoyant ces conditions de travail précaires dénoncées par nombre de titulaires sur les AED. Une politique de hiérarchisation de l’enseignement toujours au détriment des plus précaires puisque ce sont les académies les plus défavorisées qui sont de loin les plus touchées par les pénuries d’enseignants.

Utiliser les AED comme variable d’ajustement face au manque d’enseignants ne peut être une solution de long terme pour lutter contre le phénomène. Pas plus que la dégradation des conditions de travail et la précarisation de ces travailleurs.

Enfin, de nombreux AED dénoncent une logique de mise en concurrence interne en fonction des filières d’étude. Selon eux, les étudiants candidats aux postes d’AED provenant des Masters des Métiers de l’enseignement, de la Formation et de l’Education (MEEF) seraient à terme avantagés dans le recrutement puisque plus à même d’assurer les heures d’enseignement désormais dévolues aux AED. Ce qui aboutirait à une logique de hiérarchisation au sein même de la profession, sur la base du cursus universitaire choisi.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com