http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
29 de avril de 2019 Twitter Faceboock

Les gilets jaunes rendent hommage
Une plaque à Marseille en hommage à Zineb Redouane
Jules Fevre

Dans le quartier Noailles entre Notre-Dame-Du-Mont et le Vieux Port, une plaque est collée sur l’un des murs : “Zineb Redouane, tuée par la police le 02/12/2018”

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Une-plaque-a-Marseille-en-hommage-a-Zineb-Redouane

Samedi 27 avril, à l’occasion de l’acte 24, des gilets jaunes ont tenu à rendre de nouveau hommage à Zineb Redouane, morte suite à un tir de grenade lacrymogène alors qu’elle fermait ses volets. Rue des Feuillants, dans le quartier Noailles entre Notre-Dame-Du-Mont et le Vieux Port, au coeur de la Cité Phocéenne, une plaque est collée sur l’un des murs : “Zineb Redouane, tuée par la police le 02/12/2018”.

Ce quartier dans le premier arrondissement de Marseille est aussi symbolique. Le 5 novembre, plusieurs immeubles s’effondraient rue d’Aubagne, provoquant la mort de huit personnes. Ainsi, comme le rapporte La Provence, les manifestants criaient "Gaudin assassin ! Gaudin démission ! Des sous pour Notre-Dame, rien pour Noailles !". Un drame qui avait suscité la mobilisation de près de 10 000 Marseillais le 10 novembre, une semaine avant le premier acte du mouvement des gilets jaunes.

Cet acte en la mémoire de cette Marseillaise octogénaire advient alors que la couverture médiatique de la mort de Redouane prend toujours, à certains endroits, les allures d’un “journalisme de préfecture”. Ainsi le regrettait sa fille, Milfet Redouane dans une lettre ouverte que nous avions publiée plus tôt : “L’ignorance de sa mort sur la scène médiatique et politique me tue”. Une lettre dont le peu d’échos dans les médias mainstream n’avait pas manqué de faire réagir des lecteurs du journal Libération qui s’interrogeaient auprès de leur Check News : “Pourquoi la lettre ouverte de la fille de Zineb Redouane à Macron est-elle si peu relayée ?”. Dans notre dernière interview avec la fille de Zineb Redouane, le 10 avril dernier, Milfet partageait l’indignation de sa mère avant de mourir : "Pourquoi m’ont-ils tiré dessus ?"

Pour rappel, depuis le début du mouvement le 17 novembre, le journaliste David Dufresne a répertorié266 blessures à la tête, 15 blessures à la main, 26 blessures au dos, 64 blessures aux membres supérieurs, 106 blessures aux membres inférieurs, 5 blessures aux parties génitales, 106 autres ou non renseignés, 140 intimidations, insultes, entraves à la liberté de la presse. Ainsi nous déplorons à ce jour 23 éborgnés, 5 mains arrachées et 1 décès.

Crédits-photo : XAVIER CHERICA

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com