http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
1er de mai de 2019 Twitter Faceboock

L’heure des "voltigeurs"
« Oublier Malik Oussekine » : un député LREM veut réhabiliter les méthodes qui ont tué un manifestant en 1986

La veille du 1er mai, journée internationale de la lutte des travailleurs, le député LREM et ex-patron du RAID Jean-Michel Fauvergue a déclaré dans l’émission « C à vous » qu’il fallait « oublier » l’affaire Malik Oussekine, en référence à la mort du jeune Malik Oussekine par la police, en marge des manifestations étudiantes la nuit du 5 décembre 1986.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Oublier-Malik-Oussekine-un-depute-LREM-veut-rehabiliter-les-methodes-qui-ont-tue-un-manifestant-en

Cette déclaration intervient alors que le gouvernement est empêtré depuis le mois de novembre dans la crise des Gilets Jaunes qu’il tente tant bien que mal de résoudre par une escalade sécuritaire, quitte à éborgner et mutiler les manifestants. La « nouvelle doctrine du maintien de l’ordre » plus offensive et officialisée en grande pompe par Macron et Castaner après que les forces de répression aient été complétement débordée lors de l’acte XVIII le 16 mars dernier, est donc mise à l’épreuve pour cette première grosse journée de manifestation après les annonces de clôture du Grand Débat.

La vague d’indignation provoquée par la mort de Malik Oussekine en décembre 1986 par des policiers à moto surnommés « voltigeurs », avait poussé le gouvernement de l’époque a cédé devant la mobilisation étudiante contre la loi Devaquet qui visait à introduire à l’époque déjà la sélection à l’université. Elle avait gravement affaibli le gouvernement Chirac aux yeux de l’opinion publique, et avait obligé l’Etat français à revoir sa stratégie répressive avec la suppression des fameux bataillons de « voltigeurs ».

Depuis, l’ampleur et la radicalité des première journées de mobilisation des Gilets Jaunes – sans précédent dans l’histoire de la Vème République – avait poussé le gouvernement à recréer des brigades de « voltigeurs » avec la mise en place des DAR dès le 8 décembre, tandis que la persistance dans le temps du mouvement et de la détermination des manifestants marqué par l’acte XVIII et le débordements des forces de répression sur les Champs Elysées venait approfondir la crise du gouvernement qui se voyait donc obligé de faire des annonces chocs pour satisfaire la volonté pressante des classes dominantes d’un « retour à l’ordre ». La « nouvelle doctrine du maintien de l’ordre » était alors officialisée par un Castaner en crise, avec création des BRAV qui signait la mise en place d’un dispositif policier mobile d’intervention rapide. Depuis, chaque samedi a-t-on pu voir des équipes de policiers en moto équipés en LBD et matraques, poursuivre et réprimer des manifestants isolés dans les rues des grandes villes où se donnaient rendez-vous les Gilets Jaunes. Mais alors que le niveau de brutalité des forces de répression est tel que même l’ONU demande une enquête sur « l’usage excessif de la force », il semble qu’après le Grand Débat, le discours de Macron vient démontrer que gouvernement ne veut rien lâcher et continuer le rythme des réformes libérales, quitte à amplifier l’escalade sécuritaire contre les manifestants qui expriment leur ras-le-bol face à la cherté de la vie et la précarité. L’injonction de Jean-Michel Fauvergue à « oublier » la mort de Malik Oussekine exprime donc une volonté de la part de la majorité présidentielle de réhabiliter les méthodes de répression pour museler la contestation sociale.

Suite aux multiples actes où les forces de répression se sont retrouvées dépassées par les manifestants, en particulier sur les Champs-Elysées à Paris, le député et ancien patron du RAID a voulu justifier la brutalité de cette « nouvelle doctrine du maintien de l’ordre » qui consacre une approche « dynamique » de la stratégie répressive (à l’inverse de celle « statique » utilisée précédemment pour protéger des points définis), en déclarant de manière décomplexée que « depuis très longtemps, en province, on va au contact. Paris commence à faire de la même manière. Paris a été empêchée de ça par l’affaire Malik Oussekine. Il faut oublier maintenant, il faut oublier cette affaire Malik Oussekine. » C’est donc avec les heures de ces « voltigeurs » et de l’Etat policier que Jean-Michel Fauvergue veut renouer. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que c’est lui même qui, quand il était patron du RAID, avait dirigé l’assaut lors duquel les équipes de la BRI et du RAID avaient tiré 1576 cartouches contre les terroristes du bataclan à Saint-Denis, une opération qui avait causé des dégâts importants sur l’immeuble du 48 rue Corbillon, détruisant entièrement les appartements de plusieurs habitants, alors que les demandes de relogement et d’indemnités restent insatisfaites pour beaucoup. Cet épisode illustre donc l’état d’esprit du député LREM qui a également exercé en tant qu’officier militaire pour assurer la sécurité de l’ambassade de France au Mali et au Gabon, avant d’intégrer la direction d’organisme de répression de l’immigration comme la police aux frontières ou l’Ocrief.

Le message se veut donc clair : peu importe les moyens mis en œuvre, pourvu que « l’ordre » soit maintenu, même s’il doit y avoir des vies brisées, des blessés, ou des morts... Et cela alors que le 1er mai, en tant que première grosse journée de mobilisation après le discours de Macron, constitue non seulement la réponse du mouvement social face à l’arrogance affichée du président de la République, mais signe aussi une situation où les direction syndicales en particulier de la CGT et de Solidaires sont pressées par la base combative de converger avec les Gilets Jaunes, tandis que les syndicats partisans du dialogue social ont décidé de faire bande à part en manifestant séparément, à l’image de la CFDT et de Force Ouvrière. C’est donc une tentative de normaliser le niveau de répression, alors que le gouvernement tente de marginaliser la colère sociale à travers l’amplification de la répression, en intimidant et en empêchant les secteurs les plus combatifs de manifester.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com