http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
16 de mai de 2019 Twitter Faceboock

SNCF
Agressions en gare de Mulhouse, les cheminots réagissent
Mathieu Roux

Depuis le début de l’année, les cheminot(e)s de Mulhouse subissent les conséquences d’une réorganisation du service en gare. Insultes, menaces, agressions, et la Direction reste sourde. Les cheminots ont alors décidé de s’adresser directement aux usagers de la gare.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Agressions-en-gare-de-Mulhouse-les-cheminots-reagissent

Comme toujours à la SNCF, réorganisation rime avec suppression de postes. Les horaires des guichets de vente sont réduits, le nombre de guichets ouverts simultanément diminue et, en prime, la bulle d’accueil dans le hall central qui permettait de renseigner énormément d’usagers, est désormais fermée.
Résultat : les files d’attente s’allongent devant les guichets de vente, les conseillers et les conseillères sont constamment sollicité(e)s pour des renseignements d’urgences (horaires des trains, numéro de la voie de départ, accompagnement personne handicapée etc.) ce qui perturbe la vente et allongent la durée de l’attente.
Du coup, les voyageurs venus acheter un billet s’agacent et certains, plus nerveux que d’autres, s’en prennent aux cheminots et aux cheminotes qui essaient tant bien que mal de remplir leur mission de service public le mieux possible.

Une agression parmi d’autres

C’est ce qui s’est produit il y a quelques semaines, lorsqu’une conseillère de vente a fermé son guichet à l’heure prévue, au nez et à la barbe d’un couple qui estimait avoir attendu suffisamment. C’est Nathalie1, la collègue d’à côté dont le guichet était encore ouvert, qui en a subi les conséquences directes : insultes et menaces de mort.

Choquée, elle a souhaité se retirer pour se remettre de l’agression, mais son encadrement a fait pression sur elle pour qu’elle retourne au plus vite derrière son guichet. Affaiblie par l’évènement, Nathalie s’est exécutée. Elle est aujourd’hui très marquée par le fait de ne pas avoir été soutenue par sa hiérarchie, dans un moment certes fréquent, mais pas naturel pour autant.

La politique d’entreprise ne va pas changer

Cet incident, traité en CSE Extra (suite à un droit d’alerte), a conduit à une expression unanime de l’ensemble des syndicats représentés : la dégradation du service public ne met pas seulement l’entreprise en danger, elle met aussi les cheminots encore en poste face à des situations plus que délicates. Ce constat était valable pour l’ensemble des gares du Grand-Est qui on subit le même type de réorganisation…avec les mêmes effets.

Pour autant, la Direction, sans parvenir à démontrer le contraire, affirme clairement que la politique d’entreprise ne changera pas. Le cap à tenir est la suppression de 30 postes sur 120 dans les métiers de services en gare sur l’Établissement Rhénan, avant 2020. Ceci même si cela doit nuire aux usagers et aux cheminots. La souffrance au travail de ces derniers qui prend parfois une tournure dramatique ne se mettra pas sur le chemin du « progrès » et de la « digitalisation ».

Les cheminots parlent aux usagers de leurs problèmes communs

Voilà pourquoi une poignée de militants SUD-Rail ont décidé de prendre le taureau par les cornes en allant distribuer un tract s’adressant directement aux usagers en ces termes : “Usagers, ne vous en prenez pas à moi. Vendeurs, contrôleurs, agents sur le quai, conducteurs, je suis comme vous, je subis au quotidien la politique de déshumanisation des services publics.”

L’occasion de démarrer la conversation avec eux et de leur proposer une solution bien plus efficace : écrire directement aux décideurs, la Directrice de la région Grand-Est pour TER et le Président de la Région Grand-Est M. ROTTNER. Leurs adresses, mails et numéros de téléphones étaient repris en bas de page pour faciliter la démarche.

Cette action a été très bien accueillie par les usagers qui partageaient largement l’analyse des cheminots présents. Au point même que l’un d’entre eux, qui avait un peu de temps avant le départ de son train, les a aidés à distribuer le papier. Un autre proposait l’idée d’en faire de grandes affiches pour les coller partout dans la gare !

Peut-être que les militants ont mis le doigt sur quelque chose d’assez nouveau : lutter main dans la main avec ceux qui prennent le train pour exiger qualité et sécurité à ceux qui prennent depuis trop longtemps les (mauvaises) décisions.

1Le prénom a été changé

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com