http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
5 de juin de 2019 Twitter Faceboock

Le manifeste du collectif Du Pain et Des Roses - Révolution Permanente vient d’être publié

Le collectif féministe international lutte des classes, anti-capitaliste, communiste et révolutionnaire Du Pain et des Roses, présent aujourd’hui dans plusieurs pays d’Amérique et d’Europe, vient de publier son manifeste en France. Lisez les points principaux de son programme dans sa lutte contre toute forme d’oppression et d’exploitation.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Le-manifeste-du-collectif-Du-Pain-et-Des-Roses-Revolution-Permanente-vient-d-etre-publie

Une vague féministe qui a abaissé le plafond de tolérance à la violence machiste et qui exige une plus grande égalité des droits et des possibilités envahit une grande partie du monde. Le féminisme libéral ne peut que proposer la démagogie et le punitivisme. Mais s’il y a une évidence dans cette lutte, c’est que le féminisme doit être anticapitaliste. Le manifeste du collectif Du pain et des Roses propose une série de revendications pour lutter contre ce système qui exploite, opprime et tue.

L’un de ces points fondamentaux est la lutte contre les féminicides et toutes les formes de violence faites aux femmes, rejoignant le cri Ni Una Menos, Pas Une de Moins, qui a traversé plusieurs pays du monde. En dénonçant que la précarité à laquelle les femmes sont condamnées les empêche de quitter des foyers violents, les militantes de ce collectif exigent des refuges pour les victimes de violences avec des moyens et des professionnel·le·s qualifié·e·s, ainsi que le maintien du salaire lors des licenciements économiques, des aides couvrant les dépenses alimentaires familiales pour les femmes sans emploi, un logement pour tou·te·s, des crédits logements à taux zéro, etc.

Le collectif se positionne aussi contre l’alliance criminelle entre le capitalisme et le patriarcat. Sous le mot d’ordre « place aux femmes travailleuses », le manifeste dénonce que les salariées sont non seulement les plus exploitées et les plus précaires de la classe ouvrière mondiale, mais qu’elles subissent également des oppressions patriarcales qui se traduisent en harcèlement sexuel, sexiste et moral dans le monde du travail. S’y ajoutent les terribles discriminations dont sont victimes les femmes racisées, les lesbiennes, les transsexuelles et toutes les personnes qui ne correspondent pas à la norme hétéropatriarcale.

En outre, le manifeste dénonce que la crise économique touche avant tout les femmes. Parce que ce sont elles qui occupent les postes susceptibles d’être supprimés face aux coupes budgétaires, et en plus, ce sont elles qui doivent garantir les tâches de reproduction sociale qui se multiplient et deviennent plus lourdes face à la crise du fait que les centres loisir, la santé, les garderies, les crèches, etc. sont démantelés. De même, les militantes du collectif se prononcent contre la fermeture des centres d’IVG et la difficulté d’accès aux contraceptifs et réclament la PMA pour toutes, car c’est aux femmes de décider sur leur corps et leur vie !

Un autre point important est le débat sur l’exploitation sexuelle. Dénonçant le profit que le néolibéralisme tire de la prostitution, les camarades de Du Pain et des Roses surmontent la bipolarité entre abolitionnisme et régulationnisme. Elles comprennent ainsi qu’il est nécessaire détruire toutes les formes d’oppression et d’exploitation afin de mettre un terme à la prostitution en tant qu’institution sociale, mais cela ne doit pas entraver la défense des droits des personnes en situation de prostitution, leur auto-organisation en dehors de l’ingérence des proxénètes et de l’État, qu’il soit régulationniste ou punitif.

Le collectif se positionne ainsi dans une perspective résolument antiraciste et anti-impérialiste. Pour ses militantes, le combat contre l’oppression des femmes doit nécessairement passer par une lutte acharnée contre le système capitaliste et l’ensemble des divisions qui le renforcent. Contre l’idée que les droits des femmes doivent attendre la révolution, mais aussi contre la conception que le féminisme divise la classe ouvrière, Du Pain et Des Roses se bat pour des meilleures conditions de vie possible à l’intérieur de ce système capitaliste et patriarcal, tout en luttant pour un système où n’existent ni l’exploitation ni l’oppression. L’auto-organisation des femmes est fondamentale pour vaincre !

Faisons vivre et incarnons ce programme féministe, lutte des classes et communiste avec le collectif Du Pain et des Roses. Battons-nous pour notre émancipation, sur un pied d’égalité avec toutes les opprimé·e·s et exploité·e·s, dans la voie de la révolution socialiste !

Construisons le collectif international de femmes Du Pain et des Roses !

Le manifeste est disponible en version papier. Vous pouvez vous le procurer auprès des militantes Du Pain et des Roses et nous contacter sur notre page Facebook, ou nous envoyer un mail à dupainetdesroses1912@gmail.com.

Crédits : O Phil des contrastes

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com