http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
7 de juin de 2019 Twitter Faceboock

Drôme. Une femme enceinte de trois mois se défenestre pour échapper aux coups de son compagnon
Esther Tolosa

Une femme enceinte de trois mois s’est sérieusement blessée mardi matin à Bourg-lès-Valence (Drôme) en sautant par la fenêtre de son appartement au deuxième étage, voulant échapper à son compagnon violent qui lui barrait l’accès à la porte d’entrée.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Drome-Une-femme-enceinte-de-trois-mois-se-defenestre-pour-echapper-aux-coups-de-son-compagnon

L’agression s’est produite mardi matin, aux alentours de 8 heures, dans un immeuble de la ville de Bourg-lès-Valence (Drôme). Une jeune femme de 30 ans, enceinte de trois mois, refuse à son compagnon un rapport sexuel. Furieux d’être éconduit, l’homme devient violent. Cela commence par des insultes, avant que l’agressivité ne prenne une forme physique. L’homme, âgé de 35 ans, jette sur sa compagne des objets (pots de fleurs, chaises...), détruit son téléphone, lui verse de l’huile sur le visage et lui porte de nombreux coups.

La jeune femme cherche à s’échapper, mais après avoir essayé de l’étrangler, son conjoint lui barre l’accès à la porte d’entrée, puis passe un coup de téléphone à son patron pour dire qu’il sera absent ce jour. Ne sachant plus comment le fuir, la future maman s’est défenestrée. Elle parvient à atténuer un peu sa chute en s’agrippant au rebord, mais elle tombe quand même du deuxième étage de l’immeuble.

Si le bébé, qu’elle porte, est sorti indemne de la chute, ce n’est pas le cas de la future maman. Vertèbre fracturée, léger traumatisme crânien, elle a subi deux mois d’ITT (incapacité totale de travail).

La victime a pu livrer son témoignage à la police judiciaire. L’homme, qui était déjà connu des services de police pour des affaires de violence, a été placé en garde à vue. Il est actuellement placé en détention provisoire, et sera présenté en comparution immédiate différée en juillet prochain au tribunal de Valence pour violences en récidive.

En France, on estime que 219 000 femmes sont victimes chaque année de violences conjugales. Une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint tous les trois jours. Ne laissons plus faire ça.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com