http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
2 de juillet de 2019 Twitter Faceboock

Justice pour Zineb Redouane
Une contre-autopsie attribue la mort de Zineb Redouane à un tir policier
Pepe Balanyà

6 mois après la mort de Zineb Redouane, Le Media a publié une nouvelle autopsie venant contredire la version officielle, soutenue par Christophe Castaner. La nouvelle autopsie attribue « de façon certaine la mort de Mme Redouane au traumatisme crânien qu’elle a subi. Donc au tir policier ».

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Une-contre-autopsie-attribue-la-mort-de-Zineb-Redouane-a-un-tir-policier

En ayant été à la tête de la répression contre les Gilets jaunes, le chef des forces de répression, Christophe Castaner, a beaucoup du mal à blanchir l’image de la police, à la faire apparaître comme « garante de l’ordre » et redorer l’image des agents de la violence d’un État prétendument neutre. Le masque est tombé. Après des mois de mobilisation pour de meilleures conditions de vie et de travail, les Gilets jaunes le rappelaient bien en le chantant chaque samedi : « La police fait son travail, ça crève les yeux ». En effet si l’État et la police protègent et gardent les intérêts d’un secteur social, ce ne sont pas les intérêts de ceux qui subissent la réforme du travail, du chômage, des retraites et la casse des services publics.

Cherchant à préserver l’illusion du caractère neutre de l’État face à la vague d’images de blessés et de mutilés qui traversaient les réseaux sociaux, le gouvernement entamait une offensive médiatique en taxant les gilets jaunes de « casseurs » ou d’antisémites, n’hésitant pas à lancer des fake newscomme l’affaire Pitié-Salpêtrière, Christophe Castaner en tête – pour criminaliser les Gilets jaunes et redorer l’image de la police. C’est dans le même intérêt que le ministre de l’intérieur fait tout pour verrouiller l’enquête autour de la disparition de Steve à Nantes et pour maintenir dans le flou les causes de la mort de Zineb Redouane, visée par un tir policier à Marseille alors qu’elle était à sa fenêtre.

Cependant, tout comme dans l’affaire de la Pitié-Salpêtrière, où des éléments révélés aux yeux de tout le monde avec les publications des vidéos étaient venus démentir la version du gouvernement et la police, la version officielle concernant la mort de Zineb Redouane est mise à mal par de nouveaux éléments.

Les conclusions d’une nouvelle autopsie

Ce premier juillet, Le Media publiait une contre-autopsie réalisée à Alger concernant la mort de Zineb Redouane. Contrairement à la première autopsie réalisée par le service de médecine légale de la Timone à Marseille – qui entretenait un flou volontaire autour des causes de la mort de Zineb en mettant en avant ses antécédents médicaux – cette deuxième autopsie est concluante. Tel que le souligne Le Media, la nouvelle autopsie attribue « de façon certaine la mort de Mme Redouane au traumatisme crânien qu’elle a subi. Donc au tir policier ».

Cette contre-autopsie s’est tenue suite au rapatriement du corps de Zineb en Algérie. Sollicité par la famille de Zineb, le Procureur de la République d’Alger près du tribunal de Dar el Beida rouvrait une enquête préliminaire et demandait une nouvelle autopsie pour éclaircir les causes de la mort de Zineb Redouane.

Le document que s’est procuré Le Media, détaillant les conclusions de cette autopsie, signale au niveau de la tête de Zineb « une ecchymose sous orbitaire s’étendant à l’angle interne de l’œil gauche associée à une hémorragie sous conjonctivale homolatérale », « un hématome allant de la région zygomatique droite passant par la région périorbitaire droite, l’hémiface droite et s’étendant à la pyramide nasale et aux lèvres pour se terminer au niveau de la commissure labiale gauche », « une plaie linéaire, à axe horizontal, suturée, mesurant 4 cm de long, juste au-dessous de la pyramide nasale […] avec un important hématome du versant muqueux de la lèvre supérieure qui s’étend au versant muqueux de la lèvre inférieure, associés à une fracture déplacée et comminutive du maxillaire supérieur et un hématome gingival correspondant ».

Les médecins légistes du centre hospitalo-universitaire d’Alger concluent, que Zineb « présentait un important traumatisme faciale imputable à l’impact d’un projectile pénétrant » et ajoutent « l’importance de ce traumatisme est directement responsable de la mort par aggravation de l’état antérieur de la défunte, malgré les soins prodigués en urgence ».

Dans le même temps, Mediapart révélait qu’au cours d’une audition, les policiers présents lors du tir de la grenade niaient savoir lequel d’entre eux l’avait lancé

Les résultats de cette autopsie viennent contredire les déclarations Xavier Tarabeux, le procureur de la République de Marseille ainsi que celles de Christophe Castaner qui, depuis la mort de Zineb s’est efforcé de délier cette affaire de la répression policière : « je ne voudrais pas qu’on laisse penser que les forces de l’ordre ont tué Zineb Redouane. Parce que c’est faux ». Cependant la crédibilité de Christophe Castaner est ébranlée et ces déclarations ne semblent que des manœuvres pour sauver l’image d’un État et d’une police fortement écornée.

Crédits photo : Gérard Julien / AFP

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com