http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
14 de octobre de 2019 Twitter Faceboock

Islamophobie
Agression d’une femme voilée devant son enfant : la surenchère du RN après l’« hydre islamiste »
Elise Chotsk

Ce vendredi 11 octobre, en plein Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, un élu RN s’en est violemment prise à une mère voilée qui accompagnait son enfant en sortie scolaire. L’épisode, qui depuis vendredi tourne en boucle sur les réseaux sociaux, intervient en pleine offensive islamophobe du gouvernement Macron et de l’extrême droite.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Agression-d-une-femme-voilee-devant-son-enfant-la-surenchere-du-RN-apres-l-hydre-islamiste

Les faits

Une séance plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Alors qu’une mère portant le voile et accompagnatrice de son fils de CM2 en sortie scolaire, vient d’entrer avec d’autres enfants et accompagnateurs, l’élu d’extrême droite Julien Odoul provoque délibérément un incident devant toute l’assemblée. Interpellant la présidente de séance, il exige que l’accompagnatrice soit sommée de retirer son hijab, au nom du règlement intérieur.

Remue-ménage. Longues minutes de confusion, d’invectives, de bruyants applaudissement des autres élus du groupe RN. Intervention de la présidente de séance, qui rappelle que le règlement intérieur n’interdit en rien le port du voile, puisqu’il s’agit d’un lieu public, et que le « comportement susceptible de perturber la séance » a bien plus à voir avec l’esclandre qu’a provoqué son intervention qu’avec la présence de cette mère d’élève. Les élus RN clôtureront ensuite leur coup d’éclat en quittant l’hémicycle.

La scène ne s’arrête pas tout à fait là, puisqu’une élue écologiste rapporte qu’ensuite, la jeune femme a ensuite été brutalement prise à partie dans les couloirs par une élue d’extrême droite qui lui disait « Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous aller dégager ».

Coup de com’ de l’extrême droite et banalisation de l’islamophobie
Il est on ne peut plus clair que la volonté première était de lancer une polémique. Immédiatement après l’incident, la fachosphère a en effet un os à ronger, puisque l’élu d’extrême droite ne tarde pas à poster une vidéo sur Twitter, filmée au portable, depuis les rangs du groupe RN. Depuis, elle a été vue plus de 4 millions de fois.

Cet épisode est choquant, haineux, et a suscité de nombreuses réactions indignées sur internet et des condamnations de la part d’élus, y compris au sein du gouvernement en la personne de Marlène Schiappa. Mais il n’est pas possible d’oublier à quel point les conditions dans lesquels un tel discours peut se développer ont été créées, entretenues, par ceux-là même qui prétendent aujourd’hui le condamner.

La ‘rhétorique’ de l’élu d’extrême droite fait appel aux « principes laïcs », « à la loi de la République » et même à « la France des Lumières ». Cela fait un moment que le RN se place sur ce terrain de défense de la laïcité pour laisser libre court à un racisme mal dissimulé contre tous les musulmans ou présumés comme tels. Pourtant ils sont loins d’être les seuls. À l’extrême droite, plusieurs sont ceux, sans doute soucieux de conserver une image ‘dédiabolisée’ qui ont condamné l’intervention, de l’ancienne présidente du groupe RN de la région au « Printemps républicain » qui s’est pourtant récemment illustré en lançant une polémique sur une affiche de la FCPE représentant une mère voilée...accompagnant une sortie scolaire.

Et pendant que Mme Schiappa s’indigne sur Twitter, son gouvernement lance pourtant son offensive raciste la plus systématique depuis le début du quinquennat. Dès la rentrée, il s’agissait de concurrencer l’extrême droite sur son terrain en durcissant la ligne sur l’immigration. Puis, avec l’attaque qui a touchée la préfecture de police, Macron et son gouvernement, sous couvert de lutte anti-terroriste, lance une offensive réactionnaire anti-musulmans. C’est le retour de l’ennemi intérieur, les « Français » étant appelés par Macron à la délation. Lutter contre « l’hydre islamiste » consisterait à « savoir repérer les petits gestes qui signalent un éloignement d’avec les lois et valeurs de la République ». Une fermeté affichée envers les musulmans ou perçus comme tels, présentés comme étant à démasquer à tout prix.

Il s’agirait de ne pas tomber dans leur piège

Les « principes laïcs » et « Les Lumières » ont bon dos. Sous couvert de défense d’une laïcité dont les contours se dessinent de plus en plus tranchant, l’idée est bien de discriminer toute une partie de la population. Le gouvernement est en train d’attiser une véritable paranaoïa contre l’ensemble des musulmans ou assimilés comme tels, en donnant du grain à moudre aux franges les plus réactionnaires de la société.

On rappellera qu’il ne s’agit pas là de l’unique offensive de Macron. La division est un outil utile à la bourgeoisie et au gouvernement à son service, dans un contexte social mouvementé marqué par la séquence ouverte par les Gilets Jaunes, et qui pourrait bien ne pas immédiatement se refermer, comme en témoigne les appels à la grève lancé par certaines confédérations syndicales pour le 5 décembre contre la réforme des retraites.

Un incident comme celui du Conseil régional franc-comtois intervient dans un contexte où Macron marche non seulement sur le terrain de l’extrême droite, mais essaie aussi de se poser en rempart contre le terrorisme, en laissant entendre que l’ombre d’une possible « radicalisation » plane sur tous les musulmans ou perçus comme telle. Pendant ce temps, les entreprises capitalistes comme Lafargue, qui verse 13 millions d’euros à Daech en toute impunité, peuvent financer les groupes terroristes tant que cela coïncident avec leur soif de profit.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com