http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
30 de octobre de 2019 Twitter Faceboock

Veille de trêve hivernale
Scandaleuse expulsion du Foyer Bara à Montreuil : 200 travailleurs sans-papiers mis à la rue en pleine nuit

Environ 200 travailleurs sans-papiers ont passé la nuit dehors après avoir été expulsés, la veille à 4 heures du matin, du foyer Bara à Montreuil (93). Alors qu’à la veille de la trêve hivernale, les expulsions se multiplient, nous appelons à les soutenir et relayons leur communiqué.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Scandaleuse-expulsion-du-Foyer-Bara-a-Montreuil-200-travailleurs-sans-papiers-mis-a-la-rue-en

Illustration : capture d’écran Twitter Taha Bouhafs

🔴UPDATE FOYER BARA DE MONTREUIL EXPULSÉ CE MATIN UN CAMPEMENT DE RÉSISTANCE S’ORGANISE 🔴

Besoin de soutien sur place pour veille
Besoin de tentes, de couverture, d’eau, de boisson chaude et de nourriture

Expulsion du Foyer Bara à Montreuil : 200 camarades jetés dans la rue à 4h du matin sur ordre de la préfecture et avec la complicité de Coallia !

Déterminés à rester uni face aux mensonges et à la répression, un campement s’organise jusqu’à ce qu’une solution de relogement soit proposée pour tous et toutes les occupant-es, sans tri ni cas par cas.

Deuxième expulsion du foyer en moins d’un an

Fin novembre 2018, le maire de Montreuil, Patrice Bessac, après avoir expulsé ce foyer historique qu’aucun maire n’avait osé expulser depuis sa création en 1962, avait réquisitionné des locaux inoccupés appartenant à l’Etat dans une mascarade de relogement. La gestion en avait été confiée à COALLIA, expert en foyers-prisons.

Depuis le 10 octobre 2019, la préfecture et Coallia avait commencé leur sale boulot de tri et un relogement n’a été proposé qu’aux personnes ayant des titres de séjour ou un contrat avec COALLIA. Un travail de sape raciste dont l’objectif était de vider le bâtiment petit à petit, de faire peur, de diviser la lutte et d’avoir les mains libres pour envoyer les flics. Le 16 octobre Coallia avait cessé d’assurer les repas, fermer l’accès aux toilettes et annoncé par courrier que, "pour les résidents concernés", le dernier déménagement aura lieu le 22 octobre.

200 habitant-es avait décidé de résister et de ne pas partir. Certains anciens sont restés auprès d’eux et refusent de se diviser : « On ne peut pas laisser les enfants tout seuls. Ils vivent avec nous en communauté. C’est nos enfants nos petits frères, on ne doit pas les abandonner. »

29 octobre 2019, 4h du matin, les flics commencent leur sale boulot à deux jours de la trêve hivernale

Depuis ce matin 4h, ce mardi 29 octobre 2019, les flics quadrillent Montreuil et sont venus réveiller les habitants dans leurs chambres avec leurs lampes torches. Ils font sortir tout le monde sur le trottoir et il est très vite impossible impossible de rerentrer dans le foyer. Les habitants sont réunis en face depuis 5h ce matin et un rassemblement s’organise pour tenir et faire pression jusqu’à ce qu’une solution de relogement soit proposée pour tout-es par la Mairie.

Une adjointe au maire est passée devant le foyer vers 6h mais elle a refusé de parler à toutes les personnes présentes et d’expliquer clairement la situation aux habitant-es. Elle s’est planquée dans un coin et ne s’est adressée qu’aux délégués et beaucoup aux journalistes pour servir la soupe de com’ de la Mairie et ne semble pas en avoir quoi que ce soit à faire de tous les baras mis dehors sous la pluie.

La mairie refuse de reloger à deux jours de la trêve hivernale !

La mairie se décharge entièrement de ses responsabilités. Le maire était tout à fait au courant de la situation et de l’expulsion imminente du foyer et il n’a mené aucune discussion officielle ni n’a fait aucune proposition de relogement aux habitant-es avant l’expulsion de ce matin. Des rumeurs tournent maintenant qu’un bâtiment pouvant accueillir 110 personnes serait mis à disposition par la mairie alors qu’il y a 250 personnes à reloger. Comme d’habitude, la division, le tri, l’humiliation.

Les représentants de la mairie ont quitté les abords du foyer. Plus de nouvelles. Il se dit que des discussions continuent « secrètement » pour trouver une solution.
À 17h30 la mairie annonce une solution qui n’en est pas une : emmener les camarades en petit groupe dans une salle inconnue.

« Le maire était même pas né que le foyer Bara était déjà là. On partira sur nos cadavres. On est frères. On veut des logements dignes comme tout le monde »

PAPIERS ET LOGEMENTS POUR TOUTES ET TOUS ✊

Les habitant-es du foyer Bara en lutte
Les gilets noirs
Le collectif la chapelle debout !

.

.

.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com