http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
6 de novembre de 2019 Twitter Faceboock

Justice de classe
La plainte des parents de Lilian, 16 ans et blessé par des CRS, classée sans suites
Adrien Balestrini

La plainte de la famille de Lilian, jeune adolescent, a été classée sans suite après une enquête menée par l’IGPN, connue pour sa partialité concernant les faits de violences policières.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/La-plainte-des-parents-de-Lilian-16-ans-et-blesse-par-des-CRS-classee-sans-suites

Crédits photo : Radio France - Olivier Vogel

Nous en parlions déjà sur Revolution Permanente, Lilian Diesse, adolescent de 16 ans a été victime de violence policière en marge des manifestations des gilets jaunes le 12 janvier 2019e . Alors qu’il sortait avec ses amis dans la métropole alsacienne, Lilian a été touché à la mâchoire par un tir de LBD lancé par des CRS. Les conséquences sont désastreuses : sa mâchoire a été fracturée, il a perdu de la sensibilité au niveau de la lèvre et le traumatisme était tel qu’il avait peur de sortir de sa chambre et n’a ainsi pas pu finir son année de seconde comme l’explique la mère de l’adolescent dans une interview accordée à France 3 en juin dernier.

La plainte contre X pour blessures involontaires, que ses parents avait déposée dès le 14 janvier a été classée sans suite car l’auteur du tir de LBD n’est pas identifiable selon L’IGPN. Seulement,la police des polices, celle qui a remis son rapport au juge d’instructions devant apporter des réponses à la famille, n’est pas connue pour sa « transparence », n’en déplaise au ministre de l’intérieur, Christophe Castaner.

Dans un article de Médiapart concernant la mutilation de Maria, jeune femme marseillaise, rouée de coup par la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention) le 8 décembre dernier, la journaliste Pascale Pascariello écrit : « Aucune mesure n’a à ce jour été prise à l’encontre du moindre policier. Cet été, déjà, la cheffe de l’IGPN, Brigitte Jullien, réfutait « le terme de violences policières »et déclarait au Parisien que s’il n’y avait pas de policier suspendu, c’était « parce qu’aucune enquête n’a[vait] permis de conclure que la responsabilité d’un policier était engagée à titre individuel »

Si la responsabilité d’un policier n’a pas été engagée à titre individuel, cela veut dire qu’elle l’est à titre collectif. Lorsque l’on observe les chiffres officiels, c’est à dire ceux donnés par une instance gouvernementale, 2495 gilets jaunes ont été blessés. Ces chiffres ne prennent pas en compte l’ensemble des manifestants matraqués et des passants sur lesquels se sont défoulés les policiers, comme c’est le cas de Lilian Diesse.

Alors que quelques mois auparavant, la violence des forces répressives a causé la mort du jeune Steve Maia Caniço lors de la fête de la musique, volontairement couvert par l’IGPN en déclarant que l’intervention des CRS était « justifiée et n’est pas apparu disproportionnée », c’est encore la destruction de la vie d’un adolescent que la police des polices essaye de faire passer sous silence.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com