http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
11 de décembre de 2019 Twitter Faceboock

Edito
Après le 10 décembre, généraliser les AG interpros et étendre la grève reconductible
Damien Bernard

Suite à la mobilisation de ce mardi 10 décembre qui a réuni 885.000 selon la CGT, l’intersyndicale appelle à « des actions de grève et de manifestation localement, le 12 décembre » comme prochaine échéance du mouvement, ainsi que le week-end, et la journée du 17 décembre une nouvelle journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle massive ».

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Apres-le-10-decembre-generaliser-les-AG-interpros-et-etendre-la-greve-reconductible

Après trois heures de réunion, l’intersyndicale FO-CGT-FSU-Solidaires et quatre organisations de jeunesse ont décidé des suites de la mobilisation contre la réforme des retraites. Comme résultat de la réunion, le communiqué appelle ce mardi soir à organiser « des actions de grève et de manifestation localement, le 12 décembre, puis le week-end, et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle massive ».

Ainsi, l’intersyndicale décide finalement de repousser la prochaine grande journée de grève nationale interprofessionnelle à la semaine prochaine lui préférant des journées de grève et d’action locale le 12 décembre. Si une journée de grève massive et interprofessionnelle aurait pu permettre d’accélérer le tempo, cette journée du 12 décembre doit être utilisé comme point d’appui, permettant de généraliser les Assemblées générales interprofessionnelles, qui commencent à se multiplier, et la grève reconductible à d’autres secteurs.

Qui plus est, des actions ont démontré toute la radicalité et la détermination des travailleurs, à l’image des gréviste d’EDF qui ont pris les commandes de la centrale thermique pour empêcher le démarrage de deux unités de production. En outre, cette généralisation doit s’étendre au privé.

« Moins de monde », certes, mais à relativiser !

Et si comme l’exprimait Philippe Martinez dès le début de la manifestation, il y a « moins de monde » cela est à relativiser.

Tout d’abord d’un point de vue quantitatif. En effet, si tous les grands médias pointent une plus faible mobilisation dans les manifestations de rue, il faut comparer toute raison gardée. Ainsi, après le démarrage historique du mouvement ce jeudi 5 septembre, la mobilisation reste toujours extrêmement massive, y compris pour une deuxième journée, avec selon la CGT quelques 885 000 personnes. A titre de comparaison, c’est plus que la première manifestation du mouvement contre la réforme des retraites en 2010 (800 000 manifestants). Et à une échelle de temps moins longue, c’est une mobilisation très largement au-dessus de toutes les journées de manifestations en 2016, en cinq mois de mobilisations contre la loi Travail.

Par ailleurs, il faut prendre en compte que la mobilisation historique du jeudi 5 décembre, « c’est tout simplement le meilleur démarrage de l’histoire des mobilisations contre une réforme des retraites en France » comme l’explique la chercheuse Isabelle Lespinet-Moret. Un journaliste du Figaro surenchérit : « C’est mieux que le tout début des grandes grèves de 1995, qui font référence, contre le plan Juppé ».

885 000 manifestants, toujours largement massif : il faut enfoncer le clou !

Après le démarrage historique de la mobilisation du 5 décembre 2019, la réédition de la performance n’était pas gagnée d’avance. A chaque mobilisation ses tempos. Par exemple, en 1995 l’opinion publique a basculé majoritairement du côté de la grève après le début de mouvement de grève. En 2019, le soutien majoritaire de la population est déjà un acquis précieux, le soutien est même en progression quand bien même le mouvement de grève entraine ses perturbations, un signe des plus significatifs quand on connait le rôle de l’opinion publique dans les mobilisations.

Ainsi, non seulement, la détermination est toujours intacte, mais plus encore, les revendications parmi les manifestants de ce 10 décembre s’exprime plus de plus dans des revendications plus systémiques, comme l’illustre l’intitulé de l’article de Libération paru sur la manifestation parisienne : « Paris, on marche contre le projet de réforme des retraites et ‘le système’ ». Le journal continue : « certains affirment qu’ils ne sont pas mobilisés uniquement pour protester contre la réforme, plutôt contre un système inégalitaire et la dégradation du service public. Mais presque tous jurent que le mouvement continuera tant que la réforme ne sera pas, purement et simplement, retirée ».

A Rouen aussi on observe cette détermination : alors que le cortège était bloqué sur son parcours non prévu par les forces de police, la massivité du cortège et la détermination des manifestants ont fini par faire reculer la police pour investir le centre-ville. Composée de militants CGT et non syndiqués, de Gilets jaunes, d’étudiants, le cortège a continué son chemin avec les slogans en chœur : « Ah Ah Ah anticapitaliste ».

Contre toute « ouverture de réelles négociations » que demande une nouvelle fois le communiqué de l’intersyndicale, il s’agirait au contraire d’exiger des directions syndicales qu’elles s’arrêtent de négocier ou concerter avec le gouvernement !

La reconductible s’ancre, le mouvement se structure : multiplication des interpros

Plus encore, le mouvement de grève reconductible s’ancre et commence à se structurer avec des « AGs interprofessionnelles [qui] se multiplient en Ile de France » comme le rapporte un journaliste du Monde qui ne peut être soupçonné de gauchisme. Il continue : « A Pantin, elle devrait être quotidienne dans les prochains jours. Pour convaincre de nouveaux salariés et fonctionnaires de les rejoindre, certains proposent des "échanges" : quand les enseignants participent au piquet de grève de la RATP, certains agents pourraient discuter avec les parents d’élèves et les enseignants devant les établissements scolaires », explique le journal. Une enseignante explique : « cela pourrait être bénéfique pour tout le monde de voir que la mobilisation n’est pas sectorielle ».

Mais c’est aussi le mouvement de grève reconductible qui s’ancre en profondeur et dans la durée. Dans la plupart des Assemblées Générales des cheminots et de la RATP, on reconduit parfois jusqu’à vendredi. A Gare du Nord notamment, c’est la détermination qui prime. « Devant 150 grévistes et les drapeaux Sud Rail, CGT, UNSA et FO, l’ensemble des intervenants ont insisté sur le fait qu’ils rejetaient toute division, que personne ne voulait entrer dans la combine du gouvernement consistant à proposer des négociations au cas par cas, secteur par secteur, branche par branche, métier par métier, pour mieux casser le front de grève. Un seul et même slogan était sur toutes les lèvres : aucune négociation, et reconduction du mouvement, voté à la quasi-unanimité des présents, moins une voix » explique un de nos correspondants cheminots.

Notre correspondant cheminot continue : « c’est sur la question de la coordination interprofessionnelle, dans le sillage de la dernière Rencontre Ile-de-France des secteurs en lutte et en grève de Saint-Lazare, que les débats ont été les plus intenses. D’un côté, des militants disant ne vouloir être « représentés par personne », de l’autre des syndicalistes soulignant qu’il n’y a pas besoin de coordination et que chacun doit reconduire, ou pas, dans sa gare. A ce discours, plusieurs grévistes ont répondu en disant que se coordonner et construire la coordination, maintenant, ne s’oppose en rien à la nécessité de consolider et d’étendre la grève auprès des collègues qui ne sont pas encore de la partie, loin de là. Et que face à un Macron déterminé et des directions syndicales qui, hier encore, étaient reçues par la ministre des Solidarités alors qu’il n’y a rien à négocier, il faut que les grévistes contrôlent eux-mêmes le calendrier de leur lutte, leurs modes d’action et leurs revendications. »

A la veille du discours d’Edouard Philippe, plus que jamais, pas de négociations ! Il faut construire la grève générale pour vaincre Macron et son monde !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com