http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
11 de décembre de 2019 Twitter Faceboock

Lubrizol
Tout pour le profit ! Réouverture partielle de Lubrizol malgré les risques
Ju Angio
El Aim

Le mardi 10 décembre, le Coderst (Comité Départemental de l’Environnement et des risques Sanitaires et Technologiques) s’est prononcé en faveur d’une réouverture partielle du site. Cette décision est totalement irresponsable et d’une énorme gravité au vu de l’incendie qui a ravagé l’usine le 26 septembre dernier.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Tout-pour-le-profit-Reouverture-partielle-de-Lubrizol-malgre-les-risques

Crédit Photo : AFP/ARCHIVES - LOU BENOIST

C’est par un arrêté préfectoral que la décision de réouverture partielle de Lubrizol doit être actée d’ici vendredi. Au programme, la réouverture de « deux petites unités de mélange » et le déplacement de l’aire de stockage endommagée lors de l’incendie vers un autre site de la ville. Cette décision a été prise par le Coderst (Comité Départemental de l’Environnement et des risques Sanitaires et Technologiques) avec 20 votes pour, 4 votes contre et 1 abstention, le secrétaire général de la préfecture, qui doit ensuite trancher, a quant à lui assuré qu’il suivrait l’avis de ce comité. L’association FNE (France Nature Environnement), membre du Coderst, a voté contre la réouverture et a déclaré à la sortie de la réunion que « On a eu un pilonnage d’arguments économiques en faveur de la réouverture. La discussion technique n’a pas eu lieu ». En effet, certains membres du Coderst ne semblent avoir en tête que la nécessité de rouvrir ce site à la production, pour le plus grand plaisir de l’industriel.

Cette décision d’une irresponsabilité sans nom, passe sous silence le bilan désastreux en termes de santé publique de l’incendie. En effet, alors que le gouvernement assurait sans honte que les effets sur la santé n’étaient pas importants, des analyses sanguines auprès de pompiers ont montré l’inverse et pire encore, on a retrouvé la présence d’agents chimiques toxiques dans le lait maternel de plusieurs rouennaises.. La décision de rouvrir se fait alors que le travail de dépollution est encore en cours et qu’aucun aménagement n’a été mis en place.

De plus cette décision met en lumière l’impunité quasi totale dont bénéficie l’industriel jusqu’à présent, l’enquête n’étant pas terminée, alors même que des dysfonctionnements importants en termes de sécurité étaient déjà révélés en 2010. La réouverture sans condition et sans aucune garantie sur la sécurité du site constitue donc une offense envers les rouennais et les travailleurs de l’usine, ainsi qu’un cadeau juteux à l’entreprise qui n’a pour l’instant aucun dédommagement à pourvoir pour les graves conséquences de l’incendie, dont elle est responsable.
 
L’exemple de Lubrizol illustre parfaitement le lien qui existe entre Macron et les grands industriels qu’il défend jusqu’au bout, ainsi que l’incapacité, et l’évidente absence de volonté du gouvernement à assurer des conditions maximales de santé publique. Face à ce constat, il semble important de montrer qu’en réalité les seules personnes en capacité, et en ayant la volonté, de garantir la sécurité de tels sites sont les travailleurs eux-mêmes. Par leur connaissance du procès de production et par la nécessité de travailler dans de bonnes conditions, ils sont les seuls à même de prendre les bonnes décisions pour le site.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com