http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de décembre de 2019 Twitter Faceboock

Bordeaux. Concert internationaliste : soutien aux luttes en Amérique latine
Correspondant.e.s Bordeaux

En pleine mobilisation nationale contre la réforme des retraites depuis le 5 décembre, nous pensons qu’il est important de porter une politique internationaliste afin d’organiser tous ensemble les travailleurs et travailleuses du monde entier. Le 13 décembre nous organisons donc un concert internationaliste de soutien aux luttes en Amérique latine qui connaît de nombreux soulèvements depuis quelques mois.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Bordeaux-Concert-internationaliste-soutien-aux-luttes-en-Amerique-latine

évènement du concert

Dans le monde entier la colère des Gilets Jaunes a réveillé une forte contestation du néolibéralisme, des politiques austéritaires et autoritaires, mais aussi du système de production capitaliste dans son ensemble : depuis l’Algérie, en passant par le Soudan jusqu’à Hong Kong, mais aussi en Équateur, au Chili, en Bolivie, les populations se sont soulevé pour répondre aux offensives des classes dominantes qui veulent faire retombée sur le dos des travailleurs le coût de la crise capitaliste. Cette radicalité est l’expression d’un nouveau cycle de classe qui s’ouvre internationalement et en outre en Amérique latine dont le Chili a été à été l’avant-garde.

Les étudiants chiliens se sont largement et massivement mobilisés contre l’augmentation du prix du ticket de métro et contre l’héritage de la dictature de Pinochet car "ce ne sont pas 30 pesos, ce sont 30 ans". Malgré l’énorme répression qui a fait au moins 25 morts sans compter les viols, tortures, etc, la grève générale des travailleurs et étudiants a fait reculé Piñera !

En Equateur la révolte partait, comme les Gilets Jaunes, de l’augmentation du prix de l’essence et plus largement la politique austéritaire du président Lenin Moreno et du FMI. Travailleurs, indigènes et étudiants se sont organisés pour la grève générale et ont gagné le retrait de l’augmentation du carburant !

Depuis le 21 novembre la Colombie vit des énormes mobilisations après l’assassinat de plusieurs enfants lors du bombardement sur "un camps des Farcs". Dans le cadre d’une grève générale massive contre le gouvernement de Ivan Duque et son plan néolibéral de reformes des retraites, du code du travail, contre la pauvreté et la corruption, des millions de Colombiens se sont mobilisés dans tout le pays faisant face à une violente répression de la part de la police et de l’armée faisant officiellement 4 morts et plus 300 blessés. La grève a été reconduite le 22 novembre.

En Bolivie les paysans, travailleurs et indigènes se sont mobilisé contre le coup d’Etat civico-policier. Aux côtés de nos camarades de la Ligue Ouvrière Révolutionnaire (LOR-CI) de Bolivie nous dénonçons le coup d’État de la droite contre Evo Morales ainsi que la persécution contre les élus et militants du MAS et d’autres organisations sociales et ouvrières : on comptabilise pour l’instant 25 morts. Mais nous dénonçons également la politique austéritaire d’Evo Morales au service du FMI.

Partout le néolibéralisme est le lit de l’extrême-droite. Au Brésil, Bolsonaro continue de mener sa politique soumise à l’impérialisme américain, opprimant les travailleurs, les populations indigènes, les femmes... Toutes ces révoltes sont des expressions très fortes d’une volonté d’émancipation de tous les exploités, de tous les opprimés : notre politique révolutionnaire doit lutter pour l’indépendance de tous les peuples d’Amérique latine vis-à-vis des puissances impérialistes qui les exploitent, pour l’indépendance du peuple Mapuche au Chili et en Argentine, des peuples indigènes ; cette doit résolument être anti-impérialiste. A fortiori si nous voulons émanciper les travailleurs de toute exploitation et de toute oppression, nous devons affirmer que la révolution sera féministe ou ne sera pas comme ont pu le démontrer les femmes chiliennes ! Enfin si les travailleurs et les jeunes du monde entier se battent pour se gouverner eux-mêmes, contre des gouvernements qui n’ont plus aucune légitimité et qui ne tiennent plus que par leur appareil répressif, alors nous devrons organiser internationalement les travailleurs et les jeunes autour d’une stratégie révolutionnaire.

L’Amérique latine connaît un cycle de lutte que nous devons suivre et soutenir internationalement. Tous ces peuples subissent une répression très grande. Cette répression est étatique, militaire et policière : au Chili Piñera a déclaré s’appuyer sur le "savoir-faire" français, largement démontré lors du mouvement des Gilets Jaunes, afin de réprimer le mouvement du peuple chilien. En effet de nombreux cas de viols, tortures et persécutions par la police et l’armée sont connus. Mais cette répression aussi paramilitaire : en Bolivie des groupuscules fascistes chassent travailleurs et indigènes, les persécutent. Les conditions de vie au Chili et en Bolivie sont extrêmement difficiles et nos camarades ont ainsi peu de moyen pour lutter et résister à la répression. En ce sens nous reverserons tous les bénéfices du concert à nos camarades du PTR (Parti des Travailleurs Révolutionnaires) au Chili et la LOR-CI (Ligue Ouvrière Révolutionnaire) en Bolivie, membres de la FT-QI (Fraction Trotskyste - Quatrième Internationale), organisation de travailleurs.ses indépendants.es.

Voici les sites de La Izquierda Diario, média indépendant faisant partie du réseau international de Révolution Permanente :
http://www.laizquierdadiario.cl/Chile
www.laizquierdadiario.com.bo/Bolivia

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com