http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de décembre de 2019 Twitter Faceboock

Préparer la suite
Après le 12, préparer le 17 décembre par les assemblées générales à la base et les interpro
Julian Vadis

Ce 12 décembre, une série d’actions et manifestations locales étaient appelées et ont été marquées par une forte répression, avant le second gros temps fort du mouvement contre la réforme des retraites, le 17 décembre prochain.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Apres-le-12-preparer-le-17-decembre-par-les-assemblees-generales-a-la-base-et-les-interpro

Crédit photo : O Phil des Contrastes.

Hausse des taux de grévistes à la SNCF, de nombreux piquets à la RATP, actions de blocage dans les ports du Havre, de Marseille, de Rouen et de La Rochelle, mobilisation qui se poursuit dans les raffineries et dans l’Education nationale... Au lendemain des annonces d’Edouard Philippe, qui a eu pour principale conséquence de faire bondir la CFDT et la CFTC, la mobilisation s’est poursuivie, ce jeudi 12 décembre.

Dans une journée de mobilisations dites « locales » avant la grande journée de mobilisation du 17 décembre, la question de la répression policière, en particulier sur les piquets de grève de la RATP, a marqué ce 12 décembre. Gazage, matraquage, arrestations et garde-à-vue prolongées comme dans le cas de l’enseignant d’Aubervilliers, la volonté de briser la grève par la force s’est clairement affichée du côté du gouvernement. L’objectif ? Frapper le cœur du mouvement, son centre névralgique et le noyau dur pour stopper la dynamique enclenchée depuis le 5 décembre. Dans ce contexte, il s’agit d’une raison de plus pour exiger que les directions syndicales appellent clairement à une grève générale et reconductible.

Construire la date du 17 décembre à la base pour amplifier la mobilisation

Dans les faits, cette date du 12 décembre apparaît comme une journée intermédiaire avant le 17 décembre, qui s’annonce d’ores et déjà d’ampleur.

Si les taux de grévistes, notamment à la SNCF et la RATP, restent à des niveaux historiques, la question de la massification du mouvement est toujours au cœur des enjeux. Pour cela, il faut bien sur maintenir le mot d’ordre de retrait sans condition ni négociation du projet de réforme des retraites, mais aussi proposer un programme en positif : hausse générale des salaires et des pensions, retraite à 60 ans et de 55 pour les métiers pénibles, sans condition d’annuité.

Mais il s’agit, pour entrainer le maximum de travailleuses et de travailleurs dans la lutte, de construire de réels cadres de décision directe à la base. Aujourd’hui, si les taux de grévistes sont élevés, les assemblées générales, en particulier en province, doivent se développer et devenir les lieux de décisions de l’ensemble des aspects de la grève. De la reconduite du mouvement à la décision des actions, de l’organisation des piquets à l’élaboration des revendications.

C’est aujourd’hui cette bataille qui nous attend, pour que les assemblées générales interprofessionnelles qui commencent à apparaître jouent pleinement leur rôle : celui de coordinateur et de direction de la grève, réunissant l’ensemble des secteurs prenant place dans la lutte aujourd’hui. Il s’agit de la condition sine qua non pour ouvrir la voie de la victoire. Il s’agit aussi de la voie pouvant donner confiance à des secteurs aujourd’hui dans l’attente, pour une grève générale reconductible.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com