http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
13 de décembre de 2019 Twitter Faceboock

« Anti-système » ?!
Pour Noël, Marine Le Pen veut casser la grève... comme le gouvernement
Thaïs Cheynet

Alors que de nombreux secteurs poursuivent la grève et que les trains ne circulent plus, Marine Le Pen s’est dite favorable à une « trêve » de la mobilisation pour Noël. Elle montre ainsi dans quel camp elle se situe : celui de la bourgeoisie.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Pour-Noel-Marine-Le-Pen-veut-casser-la-greve-comme-le-gouvernement

 Crédit photo : LUDOVIC MARIN / AFP 

La grève se poursuit dans de nombreux secteurs, notamment dans les transports : le 13 décembre, la SNCF ne prévoit qu’un train sur quatre sur les réseaux TGV, Transilien et Intercités, tandis que huit lignes de métro resteront fermées à Paris. Le secrétaire général de la CGT Cheminots prévient : « il n’y aura pas de trêve de Noël sauf si le gouvernement revient à la raison. »

C’est dans ce contexte que la présidente du Rassemblement National s’est exprimée jeudi dernier au sujet de la mobilisation et de la grève en cours contre la réforme des retraites. Elle a déclaré sur BFMTV : « Il faut qu’il y ait une trêve pour Noël. Noël est un moment important pour nos compatriotes. C’est un moment familial. Beaucoup sont dans des situations qui sont difficiles, et beaucoup ont déjà préparé leur voyage, ont pris des billets de train qui souvent sont chers ». Une position similaire à celle de la ministre des transports Élisabeth Borne qui a jugé qu’il serait « irresponsable » de la part de la CGT d’annoncer que la grève se poursuivrait pendant la période de Noël.

Comme nous l’écrivions avant le 5 décembre, Marine Le Pen n’est pas une alliée. Elle ne défend en rien les aspirations et besoins du mouvement ouvrier et du mouvement social dans son ensemble. Il suffit de rappeler sa position contre la hausse du SMIC, son refus d’amnistier les Gilets Jaunes condamnés, ou encore son soutien invétéré au modèles néolibéraux du M5S italien et de Orban en Hongrie. Ses retournements tactiques ne sont que des façades et son but est de capitaliser sur la colère populaire qui éclate en ce moment, dans la lignée directe des gilets jaunes. De plus, bien qu’elle affirme être contre la réforme, elle déclare également ne pas participer aux manifestations au motif que « la responsabilité d’un président de parti est de ne pas être dans la rue ».

Bien qu’elle tente de se poser comme « anti-système » et en opposition à Macron en demandant le retrait de la réforme, Marine Le Pen montre bien dans quel camp elle se situe. Face à l’attaque d’ampleur qu’est la réforme des retraites et face à un gouvernement qui entend ne reculer sur rien pour faire passer sa réforme coûte que coûte, il faut une grève qui soit à la hauteur de cette attaque et qui soit dure et massive. Faire une « trêve de Noël » serait le contraire même d’un durcissement de la grève.

Le Rassemblement National ne défend pas d’autres intérêts que ceux de ses dirigeants, qui n’ont rien rien à voir avec les travailleurs et les classes populaires et font partie de la bourgeoisie au même titre que Macron.

Contre les tentatives de récupération politicienne de Marine Le Pen, purement opportunistes, il s’agit au contraire d’œuvrer à la construction d’un vaste mouvement d’ensemble auto-organisé, avec un programme capable d’entraîner l’ensemble des secteurs de la population.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com