http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
9 de janvier de 2020 Twitter Faceboock

Posture et faux-semblants en haut alors que la détermination prime à la base
"La porte du gouvernement est fermée", selon Martinez, mais il continue à toquer
Jean-Patrick Clech

Martinez était l’invité d’Europe 1, ce matin, quelques heures avant le départ des premières manifestations pour cette nouvelle journée de grève nationale. L’occasion pour dire… qu’il ne serait pas contre discuter avec l’exécutif, qu’il n’est pas « contre tout »,et ce alors que la base jette toutes ses forces dans la bataille.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/La-porte-du-gouvernement-est-fermee-selon-Martinez-mais-il-continue-a-toquer

« On voit bien que la porte est fermée », a déclaré le secrétaire général de la CGT à propos du gouvernement. Pour mieux souligner, dans la foulée, que « plus le gouvernement dit qu’il faut discuter, moins il discute », comme s’il y avait quoi que ce soit à discuter. La situation est pourtant claire : le gouvernement campe sur ses positions, en affichant une ouverture de façade tout en restant droit dans ses bottes, pariant sur l’essoufflement en cette semaine absolument décisive pour la mobilisation et alors que jamais la base des grévistes n’a été aussi déterminée à jeter toute ses forces dans la bataille.

A quoi riment ces prises de position, là où l’enjeu, que tous les analystes et journalistes des médias dominants soulignent eux-mêmes, c’est que c’est davantage que la réforme des retraites qui coalise les colères et le ras-le-bol ? Tout devrait être mis sur la table, si l’objectif était, réellement, de créer un rapport de force et de construire la grève générale à reconduire demain, vendredi, avant l’appel de samedi : précarité, mais aussi salaires, chômage et souffrance au travail.

Rien de cela, dans l’intervention de Martinez ce matin : « On n’est pas contre tout », a lancé dirigeant cégétiste, en signe de bonne volonté. « Si on est attachés au dialogue social, on ne prévient pas ceux avec qui on veut discuter au dernier moment », a eu l’air de regretter Martinez, déplorant qu’au sujet de la réunion de demain vendredi sur le financement, la centrale de Montreuil n’a toujours « pas l’heure ni le lieu ». Snif. Edouard Philippe et Emmanuel Macron seraient des malappris ?

Alors que la base des grévistes, et la base de la CGT, continue à tout faire pour intensifier la grève, multiplier les actions, et continue à revendiquer haut et fort que c’est toute la réforme qui est à jeter à la poubelle, Martinez affirme, lui, ne pas être fermé sur tout et continue à quémander des rendez-vous en réaffirmant sa disponibilité au dialogue ?

Alors que la journée promet encore d’être massive, malgré les chiffres soi-disant à la baisse que répètent en boucle les chaînes de télé en continu, plus que jamais les directions de l’Intersyndicale qui devraient se réunir dès ce soir doivent entendre et respecter le mandat de la rue et de la base, des AG et des grévistes : aucune négociation, élargissement de la grève avec un véritable programme global visant à contrer Macron et son modèle de société, posant la question des salaires, de la précarité et du chômage.

La porte est fermée ? Il faut l’enfoncer, et c’est possible. Mais c’est maintenant ou jamais.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com