http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
22 de janvier de 2020 Twitter Faceboock

Instabilité
États-Unis. Un impeachment de tous les dangers pour Donald Trump
Julian Vadis

Certes, les chances de voir Donald Trump destitué sont quasi-nulles. Mais à 9 mois de la présidentielle américaine, le coup politique pourrait être rude, surtout en cas de « lâchage » de sénateurs républicains.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Etats-Unis-Un-impeachment-de-tous-les-dangers-pour-Donald-Trump

Crédits photo : Jim Watson / AFP

En cette fin de mois de janvier 2020 s’ouvre le procès en destitution de Donald Trump. Une procédure extrêmement rare, qui n’a été ouverte qu’à l’encontre de quatre présidents américains : Andrew Johnson en 1868, Richard Nixon en 1974, Bill Clinton en 1998 et donc, Donald Trump en 2020.

Lors de l’impeachment à la Chambre des représentant, Trump a été mis en accusation pour abus de pouvoir et entrave au Congrès. Le président américain est accusé d’avoir fait pression sur l’Ukraine, par le biais d’un appel téléphonique au président Zelensky pour lui demander une « faveur », celle d’obtenir des informations sur Joe Biden en vue des élections américaines de 2020. Les démocrates accusent Trump d’avoir suspendu les aides militaires américaines à l’Ukraine pour obtenir ces informations. Donald Trump, de son côté, affirme que cette suspension visait à mettre la pression pour que les mesures anti-corruption soient menées à leur terme en Ukraine.

Il est hautement improbable que Donald Trump soit destitué après son procès devant le Sénat, l’impeachment étant une procédure politique. La raison est simple : il faudrait que les deux tiers des sénateurs approuvent l’impeachment, alors que l’instance est à majorité républicaine. Autrement dit, il faudrait que 20 sénateurs républicains « lâchent » Donald Trump pour que ce dernier soit destitué. En revanche, le suspense reste entier quant à l’audition des témoins. Celle-ci nécessite 51 voix des 100 sénateurs et il suffirait donc que quatre républicains approuvent ces auditions, ce qui est un scénario possible.

Plus que la menace d’une destitution, l’impeachment pourrait avoir un coût politique pour Donald Trump

En soi, le simple fait que l’impeachment soit arrivé jusque devant le Sénat est un revers pour Donald Trump. Pour le président américain, l’objectif est donc bel et bien de limiter les dégâts, voire d’envoyer un signal politique par le biais d’une unanimité derrière lui des sénateurs républicains.

Fragilisé sur le plan intérieur, avec un étiolement de sa base électorale, et sur le terrain international, ou Trump a enchaîné les épisodes de tensions avec des résultats souvent peu probant tout au long de son mandat, cet épisode d’impeachment arrive mal pour le président sortant, à 9 mois des présidentielles. Le simple fait que des sénateurs approuvent l’audition des témoins serait un coup rude, mais le spectre d’un désaveu plus large, si des sénateurs républicains votaient pour la destitution, serait pour Trump catastrophique.

Alors qu’il est encore difficile d’estimer la durée du procès, la situation actuelle est révélatrice des éléments de crise qui secouent la première puissance mondiale, et qui s’inscrivent dans un cadre plus large de crise organique, c’est à dire « une crise d’ensemble, de cet "Etat dans son ensemble" (économique, politique, sociale) qui manifeste des contradictions fondamentales que les classes dominantes ne peuvent résoudre avec leur méthodes habituelles (ce qui les met en crise en en leur propre sein) », comme nous l’expliquions dans notre article Etat, crise organique et tournants bonapartistes à l’ère Trump (I).

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com