http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
3 de février de 2020 Twitter Faceboock

Interview. Blocages des tournées, fosses pleines : les éboueurs face au gouvernement

Depuis décembre, les éboueurs sont mobilisés contre la réforme des retraites. Alors que les fours des TIRU sont à l’arrêt et que les blocages se multiplient, les déchets commencent à s’entasser et la grève à devenir de plus en plus effective, avec l’appui des étudiants et d’autres grévistes. Entretien avec un éboueur, en lutte depuis le 5.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Blocages-des-tournees-fosses-pleines-les-eboueurs-augmentent-la-pression-contre-le-gouvernement

Révolution Permanente : Salut, est-ce que tu pourrais te présenter et nous raconter la mobilisation dans les déchetteries ?

Julien* : Je suis éboueur depuis trois ans à la Ville de Paris. Le préavis chez nous est tombé depuis le 5 décembre, donc on est en lutte depuis le 5 décembre. Au niveau de la mobilisation ça a été dur au niveau des éboueurs parce qu’un arrondissement sur deux a été privatisé en 2006, suite à un fort mouvement de grève, pour limiter la mobilisation. Du coup, pour les travailleurs, ça semble peine perdue de lutter, car tout ce qu’on ne ramasse pas c’est ramassé par le privé quelques heures plus tard. Du côté du privé, ils ont un préavis, mais il y a peu de syndicats et la plupart des travailleurs ne sont même pas au courant qu’ils peuvent faire grève, sans compter la répression utilisée par la hiérarchie qui fait beaucoup flipper les mecs, qui n’osent même pas refuser les heures supplémentaires.

En décembre, on a quand même été un noyau dur mobilisé, principalement de syndiqués, avec une cinquantaine de grévistes, dont une partie a commencé à bloquer les garages. Il y a quatre garages d’où partent les bennes, un à Saint-Ouen, un à Romainville, deux à Ivry. En décembre, on essayait en général de bloquer au moins la première tournée et, si on ne se faisait pas virer par les flics la deuxième, mais aussi de faire des AGs avec les chauffeurs pour les convaincre de se mettre en grève. Actuellement, il y a beaucoup de grévistes. Dans mon atelier on est 40, et sur chaque tournée il y a environ 50% de grévistes parmi les ripeurs [éboueurs qui collectent les déchets]. Il y a toujours eu beaucoup de grévistes, mais jusqu’ici ils étaient peu actifs.

RP : C’est avec les blocages des TIRU [incinérateurs] d’Ivry et de Saint-Ouen le 15 janvier qu’on a commencé à entendre parler de la mobilisation dans votre secteur

Oui, ce blocage a été organisée par la CGT en Interpro, avec autour de 300-400 personnes. On a participé activement au blocage, et on espérait tenir longtemps – par le passé certains blocages ont duré trois semaines, un mois – mais finalement on s’est fait débloquer au bout de 24 heures, ce qui fait qu’on est retournés bloquer les garages.

Suite à cette action, les travailleurs en interne ont voté la grève. Puis, l’arrêt des fours des trois incinérateurs franciliens a été décidé le 23 janvier dernier. Normalement, toutes les TIRU ont aussi des centres de stockage pour vider les bennes… sauf qu’à un moment, les grévistes ont commencé à bloquer les camions pour empêcher de vider ! C’est là que ça a commencé à s’entasser un peu dans les rues, et ce même s’ils continuaient à déposer à la TIRU de Romainville, qui est juste un lieu de stockage (sans incinérateur).

RP : La Mairie de Paris a essayé de briser la grève il me semble ?

Oui, dès décembre la Mairie de Paris avait voté une note qui permettait aux grévistes de poser leurs congés sur leurs jours de grève, ce que tous ceux qui sont pris à la gorge ont fait. Du coup, non seulement les taux de grévistes ont baissé, mais ça a autorisé légalement la Mairie a cassé la grève en employant des intérimaires [NDLR : il n’est pas légal d’employer des intérimaires pour remplacer des travailleurs grévistes]

Depuis le 23 on bénéficiait du fait que les fours ne tournent pas. Mais la Mairie a obtenu que les bennes puissent être vidées même si les fours sont éteints, dans les fosses de stockage qui se situent en amont des fours. Une réquisition a même été ordonnée, pour permettre de transférer et d’enfouir les déchets afin de vider les fosses.

La réquisition leur a permis de respirer un peu, mais on s’est rendus compte qu’à un moment ils vidaient aussi un peu à Ivry. Sauf qu’un pote m’a dit qu’il n’avait pas vu de camions aller vider récemment , ce qui pourrait signifier que les fosses sont pleines. Actuellement les camions oscillent entre Romainville et la TIRU de Saint-Ouen. Vendredi on a fait une action à Romainville, et les mecs avaient l’ordre de partir à Saint-Ouen où ils réussissaient, apparemment, à vider un peu.

A l’heure actuelle, où en sont les blocages ?

Depuis le 15 janvier, les étudiants que l’on a rencontrés au blocage de la TIRU d’Ivry nous ont rejoint et viennent nous aider. Depuis la semaine dernière il y a de plus en plus d’étudiants et on s’organise mieux. Ça motive aussi les éboueurs qui rejoignent les blocages. On bloque à la fois les garages et les TIRU.

Pour les tournées, chaque arrondissement a sa politique. Une grande partie des tournées ont lieu le matin entre 6h et midi, mais il y a quelques arrondissements qui les font entre midi à 20H, et enfin certains qui le font de 17h à 23h. Avant on bloquait principalement le matin, mais maintenant que certains mecs des garages s’y mettent et qu’il y a plus d’étudiants, on s’organise aussi pour bloquer en journée à partir de demain. Il y a cinq garages, où on stocke les bennes, dont deux sont côte à côte, ce qui fait quatre points de blocage.

Les fours devaient être éteints jusqu’à aujourd’hui 22h, penses-tu que le mouvement va être reconduit ?

J’ai croisé récemment un travailleur de la TIRU d’Ivry, et il nous a dit qu’ils avaient voté la reconduction de la grève jusqu’à vendredi 22heures, donc les fours seront toujours éteints et les transferts [de déchets pour l’enfouissement] bloqués, puisque la réquisition n’était valable que jusqu’à aujourd’hui. Théoriquement c’est encore en train d’être voté dans les autres TIRU, mais elles devraient reconduire elles aussi.

A la RATP, les disciplinaires s’enchaînent, avez-vous subi de la répression de la part de la Ville de Paris ?

On n’a pas encore subi de répression pour les blocages, mais on commence à recevoir des courriers. J’ai un collègue qui a reçu une lettre qui expliquait qu’il était en absence injustifiée depuis le 5 décembre alors qu’il est en grève, on reçoit aussi des petites menaces, des petits trucs, mais rien de clair pour le moment. Moi-même j’ai un recommandé à aller chercher et je sens venir le truc…

On continue de bloquer les garages et les TIRU et on appelle tout le monde à nous rejoindre, en se rendant directement sur les points de blocage.

Liste des points de blocage :

Garage de Clichy, 25 rue Rouget de Lisle à Clichy.

Garages Ivry. 43 rue Bruneseau , paris 13 & 37 rue Victor Hugo, Ivry.

Garage Romainville. 34 avenue Gaston Roussel à Romainville

Garage Aubervilliers, 35 rue du port, Aubervilliers.

TIRU Saint-Ouen, 22 Rue Ardoin, Saint-Ouen.

TIRU Romainville, 62 Rue Anatole France.

* Le prénom a été modifié

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com