http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
3 de février de 2020 Twitter Faceboock

Réforme Blanquer
Chambéry. Deux lycées mobilisés contre les E3C !
Dom Thomas
Jacqueline Yzé

Ce lundi 3 février ont débuté les E3C, les nouvelles épreuves de contrôle continu du baccalauréat, aux lycées Monge et Vaugelas à Chambéry. Enseignants, vie scolaire et lycéens, tous et toutes se sont mobilisés contre la tenue de ces épreuves emblématiques de ce nouveau bac, qui accentue encore les inégalités sociales et scolaires.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Chambery-Deux-lycees-mobilises-contre-les-E3C

Ce lundi 3 février, à Chambéry, c’était au tour des élèves de première des lycées Gaspard Monge et Vaugelas de plancher sur leurs premières épreuves de contrôle continu du nouveau baccalauréat, les désormais fameuses E3C – pour « épreuves communes de contrôle continu ». Des épreuves dont la tenue est, partout en France, largement contestée : d’après un recensement effectué samedi soir, plus de 210 lycées ont vu tout ou partie des épreuves annulée ou reportée ; devant 150 autres, des rassemblements ou manifestations ont eu lieu sans empêcher pour autant la passation ; enfin, les enseignants de 149 autres lycées ont adressé des lettres de protestation au recteur ou aux parents pour protester. En effet, en introduisant une partie de contrôle continu dans la moyenne du baccalauréat, la réforme Blanquer renforce les inégalités sociales et scolaires puisque la valeur du baccalauréat est désormais liée au lycée fréquenté par le bachelier ; d’autre part, les E3C sont unanimement dénoncées comme mal préparées, et perturbant les apprentissages en imposant une évaluation permanente des élèves concernés.

Au lycée Monge : rassemblement, cloches, sifflets et traversées sauvages

Dès 7h30 ce lundi 3 février, enseignants, personnels de la vie scolaire et lycéens se sont rassemblés devant le lycée Monge, à grands renforts de cloches et de sifflets. A l’entrée des élèves de première, les manifestants se sont allongés devant le portail, symbolisant ainsi la mort du bac en tant que diplôme national.
Ce rassemblement massif n’a pas manqué d’attirer la police, qui a débarqué brutalement, en cherchant notamment à intimider les plus jeunes. C’était sans compter sur la solidarité des enseignants et personnels de la vie scolaire, qui se sont mêlés aux lycéens pour prévenir tout acte de répression.
Un nouveau rassemblement aura lieu ce mardi 4 février au matin, à l’occasion de la deuxième session d’E3C.

Au lycée Vaugelas : diffusion de tracts et sit-in

Devant l’impérial lycée Vaugelas, aux alentours de 13h30, de nombreux enseignants grévistes et élèves se sont regroupés, affichant diverses banderoles, pancartes et distribuant des tracts pour s’opposer à cette mascarade de contrôle continu.
Le rassemblement a commencé dans une atmosphère de discours et d’échanges, de prises de parole entre professeurs et élèves, tous solidaires dans leurs revendications.
Sur les coups de 14h30, un petit groupe d’élèves de seconde a pénétré dans le bâtiment avec l’objectif de mobiliser les élèves entrés en cours qui n’étaient pas au courant du mouvement, en les informant de l’importance de l’enjeu et de l’essentielle mobilisation à laquelle il fallait participer. Un grand nombre d’élèves a été convaincu par les informations dévoilées par leurs camarades, et a ainsi décidé de rejoindre à son tour le mouvement. Ce sont donc près de 150 élèves qui ont formé un mouvement à l’intérieur du lycée pour s’opposer à cette réforme symbole d’injustice sociale et de négation d’un lycée égal pour tous. Le mouvement a été réprimé par la direction du lycée qui, trouvant indigne cette perturbation volontaire des épreuves, a convoqué deux lycéens dans le bureau du proviseur.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com